AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
Inscriptions closes jusqu'à nouvel ordre

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Baekhyun EXO
Etude, emploi : Arts appliqués-option anglais et chinois
Mun Baekhyun
MessageSujet: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Lun 26 Jan - 3:58

Life is not a fairytale... Sure ?

Sa vie était décidément bien compliquée… Depuis le tout début en réalité, mais ça, Baekhyun ne le sait pas encore. Tout s’est joué sur l’identité de ses parents, et surtout de son père. Mun Baek Hyeon, un membre du clan qui avait fait l’irréparable. Lui donner la vie. Seul  ses proches dans ce même clan savent ce qu’il est advenu de lui. Ses relations humaines… Quelles qu’elles étaient, n’en ont jamais rien su. Et peut être que c’était mieux pour elles, qui sait ?
Quoi qu’il en soit, Baekhyun, portant le nom de son véritable géniteur, est le fruit d’une histoire d’amour qui s’est arrêtée trop vite. Sa venue au monde est-elle une bonne chose finalement ? Ou une mauvaise ?... Ces questions resteront sans réponse. Ou peut être pas.

De son sang, il ne sait rien, ou plutôt, il croit savoir mais la vérité et bien différente de tout ce qu’il a toujours cru. Sa mère,  Miharu Yuya, est morte dans un accident de voiture et depuis ce tournant tragique dans la vie de sa famille, son père, Lee Hoon Ki, est devenu alcoolique et très violent. Il le battait, il l’insultait en lui répétant assez souvent qu’il n’avait pas le droit de l’appeler papa. Le jeune garçon n’a jamais compris toute cette colère qui lui était personnellement réservée. Son corps et son esprit ont subit beaucoup de sévices, tellement qu’il a été brisé au plus profond de lui. Persuadé que tout était de sa faute, il n’a jamais rien dit à personne des tendances de son paternel.  Pourtant… Malgré tout ce qu’il a pu subir, quelque chose l’a forcé à survivre.  Peut être son instinct de loup ? Ou encore l’amour de ses parents biologiques qui a survécu dans son sang…

Dans tout les cas, même s’il a tenté à plusieurs reprises d’attenter à ses jours dans des moments d’extrêmes faiblesse, il a continué à croire en la vie. Il n’est pas croyant bien entendu, mais il a espoir. Il pense toujours que les gens ne sont pas tous mauvais et que son père a une bonne raison d’être comme il est. Est-il stupide ? Non. Juste innocent et beaucoup trop gentil pour son propre bien. Il est avant tout un enfant, ou tout du moins… Un jeune adulte, qui recherche depuis toujours l’amour de son père et des attentions tendres.
Evidemment, ce qu’il espérait n’arriva jamais. Alors qu’il a passé toute son enfance à subir dans la souffrance et la tristesse, sans parler de la peur, tout récemment…  Depuis environ 4 mois maintenant, tout a changé.

Tout d’abord, un homme. Il l’a rencontré grâce à son cours de chinois. S’ils ne l’avaient pas eu en commun, malgré leur rencontre officielle, Chanyeol n’aurait jamais su où le trouver. Car… Oui, le plus grand l’a interpellé en pleine journée, dans une cour isolée pendant l’heure du déjeuner, et Baekhyun s’est sauvé prématurément, assez effrayé. Généralement, lorsqu’un élève lui adressait la parole à l’université, c’était pour l’insulter, ou le maltraiter. Et même s’il n’a pas senti que l’autre jeune homme lui voulait du mal, il a préféré éviter les ennuis.
À cause de son enfance catastrophique, Baekhyun a développé toute une personnalité fragile. Très timide et craintif, tout ses camarades de classe, peut importe le niveau scolaire, ont trouvé drôle, marrant et carrément fascinant le fait de l’exclure et de le brutaliser.

Pour en revenir à la rencontre entre Chanyeol et Baekhyun, après cette entrevue assez rapide, le plus grand à remarqué la présence du plus petit lors de leur cours en commun : Le chinois. De là à commencé une espèce de jeu purement enfantin, dont le maître été évidemment le plus vieux. Vraiment rien de méchant… Au départ, il voulait juste connaître son nom. Baekhyun aurait pu croire qu’il s’agissait là d’une persécution, que l’on cherchait encore et toujours à le blesser… Mais non. Il a refusé de se lier avec lui au début, oui, mais pour éviter de mêler Chanyeol à son univers sombre et douloureux. Il ne le connaissait pas, et il ne voulait pas que par sa faute, une autre personne subisse des horreurs comme il avait pu en vivre.

Mais bien sûr… Le jeune homme aux adorables oreilles décollées n’a rien voulu entendre et à fait du forcing. Au bout d’un moment, il a réussi à connaître son nom. Mieux… Il a pu entendre le son de sa voix, chose qui était assez compliquée, du fait principalement que Baekhyun ne parle à personne. Le minimum aux professeurs, et après… Comme il faisait sa vie en solitaire, il n’avait pas besoin de communiquer.

Bref. De fil en aiguille, le plus petit a apprit à s’ouvrir, et à vivre au lieu de survivre. Après donc 3 mois et 2 semaines, notre jeune loup connaissait assez Chanyeol pour l’appeler par son prénom et pour se sentir bien en sa présence, sans aucun stress apparent… Ou presque. Il était malgré tout en permanence tracassé par son père. Rentrer chez lui tous les soirs devenait de plus en plus synonyme de maux de ventre et de violences journalières.  Et… Chanyeol s’en est bien rendu compte. Des faits ce sont passé, des faits sur lesquels, depuis maintenant 3 semaines, ils ne sont pas revenu. Durant ces dernières semaines, Baekhyun s’est retrouvé à l’hôpital suite à une entrevue entre son tout récent ami et son père, chez eux.

Pendant son hospitalisation qui n’a pas duré plus longtemps que 2 semaines, son sauveur lui a rendu visite tout les jours.
Ces attentions ont rassuré le plus petit qui… Il faut le dire, aurait fini par réellement perdre l’esprit, seul dans cette chambre sans vie d’hôpital. À force de se faire rejeter par le seul parent qui l’avait toujours élevé, des dizaines de blessures profondes se sont créées dans son cœur fragile. Blessures que Chanyeol panse une à une. À sa sortie d’hôpital, Baekhyun, était quasiment rétablit physiquement.
Le mental, c’était une autre histoire… Mais tout changea lorsqu’il fut emmené par son ange gardien dans leur nouveau chez eux. À eux deux. Depuis ce jour, ils vivent sous le même toit et… Depuis ce jour aussi, quelque chose a fait que tout a fondamentalement changé dans leur relation. Si de légers changements avaient déjà eu lieu auparavant… Là ce fut radical. Un rapprochement auquel Baekhyun n’aurait jamais pensé. Pendant cette nuit passionnée où ils ont laissé leur sentiment respectif s’exprimer, le plus jeune a compris qu’il était tout simplement amoureux du jeune homme.
Encore une histoire d’amour qui va mal se finir ?... Il ne faut pas se fier aux apparences, elle ne fait que commencer.

Sa vie était décidément bien compliquée… Depuis le tout début en réalité, mais ça, Baekhyun ne le sait pas encore. Tout s’est joué sur l’identité de ses parents, et surtout de son père. Mun Baek Hyeon, un membre du clan qui avait fait l’irréparable. Lui donner la vie. Seul  ses proches dans ce même clan savent ce qu’il est advenu de lui. Ses relations humaines… Quelles qu’elles étaient, n’en ont jamais rien su. Et peut être que c’était mieux pour elles, qui sait ?
Quoi qu’il en soit, Baekhyun, portant le nom de son véritable géniteur, est le fruit d’une histoire d’amour qui s’est arrêtée trop vite. Sa venue au monde est-elle une bonne chose finalement ? Ou une mauvaise ?... Ces questions resteront sans réponse. Ou peut être pas.

De son sang, il ne sait rien, ou plutôt, il croit savoir mais la vérité et bien différente de tout ce qu’il a toujours cru. Sa mère,  Miharu Yuya, est morte dans un accident de voiture et depuis ce tournant tragique dans la vie de sa famille, son père, Lee Hoon Ki, est devenu alcoolique et très violent. Il le battait, il l’insultait en lui répétant assez souvent qu’il n’avait pas le droit de l’appeler papa. Le jeune garçon n’a jamais compris toute cette colère qui lui était personnellement réservée. Son corps et son esprit ont subit beaucoup de sévices, tellement qu’il a été brisé au plus profond de lui. Persuadé que tout était de sa faute, il n’a jamais rien dit à personne des tendances de son paternel.  Pourtant… Malgré tout ce qu’il a pu subir, quelque chose l’a forcé à survivre.  Peut être son instinct de loup ? Ou encore l’amour de ses parents biologiques qui a survécu dans son sang…

Dans tout les cas, même s’il a tenté à plusieurs reprises d’attenter à ses jours dans des moments d’extrêmes faiblesse, il a continué à croire en la vie. Il n’est pas croyant bien entendu, mais il a espoir. Il pense toujours que les gens ne sont pas tous mauvais et que son père a une bonne raison d’être comme il est. Est-il stupide ? Non. Juste innocent et beaucoup trop gentil pour son propre bien. Il est avant tout un enfant, ou tout du moins… Un jeune adulte, qui recherche depuis toujours l’amour de son père et des attentions tendres.
Evidemment, ce qu’il espérait n’arriva jamais. Alors qu’il a passé toute son enfance à subir dans la souffrance et la tristesse, sans parler de la peur, tout récemment…  Depuis environ 4 mois maintenant, tout a changé.

Tout d’abord, un homme. Il l’a rencontré grâce à son cours de chinois. S’ils ne l’avaient pas eu en commun, malgré leur rencontre officielle, Chanyeol n’aurait jamais su où le trouver. Car… Oui, le plus grand l’a interpellé en pleine journée, dans une cour isolée pendant l’heure du déjeuner, et Baekhyun s’est sauvé prématurément, assez effrayé. Généralement, lorsqu’un élève lui adressait la parole à l’université, c’était pour l’insulter, ou le maltraiter. Et même s’il n’a pas senti que l’autre jeune homme lui voulait du mal, il a préféré éviter les ennuis.
À cause de son enfance catastrophique, Baekhyun a développé toute une personnalité fragile. Très timide et craintif, tout ses camarades de classe, peut importe le niveau scolaire, ont trouvé drôle, marrant et carrément fascinant le fait de l’exclure et de le brutaliser.

Pour en revenir à la rencontre entre Chanyeol et Baekhyun, après cette entrevue assez rapide, le plus grand à remarqué la présence du plus petit lors de leur cours en commun : Le chinois. De là à commencé une espèce de jeu purement enfantin, dont le maître été évidemment le plus vieux. Vraiment rien de méchant… Au départ, il voulait juste connaître son nom. Baekhyun aurait pu croire qu’il s’agissait là d’une persécution, que l’on cherchait encore et toujours à le blesser… Mais non. Il a refusé de se lier avec lui au début, oui, mais pour éviter de mêler Chanyeol à son univers sombre et douloureux.
Il ne le connaissait pas, et il ne voulait pas que par sa faute, une autre personne subisse des horreurs comme il avait pu en vivre.
Mais bien sûr… Le jeune homme aux adorables oreilles décollées n’a rien voulu entendre et à fait du forcing. Au bout d’un moment, il a réussi à connaître son nom. Mieux… Il a pu entendre le son de sa voix, chose qui était assez compliquée, du fait principalement que Baekhyun ne parle à personne. Le minimum aux professeurs, et après… Comme il faisait sa vie en solitaire, il n’avait pas besoin de communiquer.

Bref. De fil en aiguille, le plus petit a apprit à s’ouvrir, et à vivre au lieu de survivre. Après donc 3 mois et 2 semaines, notre jeune loup connaissait assez Chanyeol pour l’appeler par son prénom et pour se sentir bien en sa présence, sans aucun stress apparent… Ou presque. Il était malgré tout en permanence tracassé par son père. Rentrer chez lui tous les soirs devenait de plus en plus synonyme de maux de ventre et de violences journalières.

Et… Chanyeol s’en est bien rendu compte. Des faits ce sont passé, des faits sur lesquels, depuis maintenant 3 semaines, ils ne sont pas revenu. Durant ces dernières semaines, Baekhyun s’est retrouvé à l’hôpital suite à une entrevue entre son tout récent ami et son père, chez eux. Pendant son hospitalisation qui n’a pas duré plus longtemps que 2 semaines, son sauveur lui a rendu visite tout les jours.
Ces attentions ont rassuré le plus petit qui… Il faut le dire, aurait fini par réellement perdre l’esprit, seul dans cette chambre sans vie d’hôpital. À force de se faire rejeter par le seul parent qui l’avait toujours élevé, des dizaines de blessures profondes se sont créées dans son cœur fragile. Blessures que Chanyeol panse une à une. À sa sortie d’hôpital, Baekhyun, était quasiment rétablit physiquement.

Le mental, c’était une autre histoire… Mais tout changea lorsqu’il fut emmené par son ange gardien dans leur nouveau chez eux. À eux deux. Depuis ce jour, ils vivent sous le même toit et… Depuis ce jour aussi, quelque chose a fait que tout a fondamentalement changé dans leur relation. Si de légers changements avaient déjà eu lieu auparavant… Là ce fut radical. Un rapprochement auquel Baekhyun n’aurait jamais pensé. Pendant cette nuit passionnée où ils ont laissé leur sentiment respectif s’exprimer, le plus jeune a compris qu’il était tout simplement amoureux du jeune homme.
Encore une histoire d’amour qui va mal se finir ?... Il ne faut pas se fier aux apparences, elle ne fait que commencer.

- Une semaine après la sortie d’hôpital -

Baekhyun n’a pas tellement beaucoup d’heures de cours. C’est surtout des travaux à faire chez soi concernant l’art et les langues… Eh bien c’est quasiment une ou deux heures par semaine. L’anglais était aussi important que le chinois pour le petit brun, jusqu’à ce qu’ils fassent… ça. Avec Chanyeol, le jour de sa sortie d’hôpital. Après ça… Plus rien n’a été pareil. Ça fait maintenant une semaine que le plus grand l’évite… Pourquoi ?... Il ne savait pas. Soit c’était parce qu’il avait été littéralement… Dégoûté. Ou alors… Peut être que sa déclaration l’avait effrayé ? Ou dégoûté une fois encore ?

Baekhyun est horriblement mal depuis ce jour là. 7 jours qu’il n’était plus dans un lit d’hôpital certes, mais 7 jours que Chanyeol l’évitait tout bonnement. Sans vraiment lui en vouloir, le jeune loup s’est enfermé dans un mutisme significatif, comme lorsqu’il ne connaissait pas encore son coup de foudre. Il ne sait pas comment faire pour que tout redevienne comme avant leur « dérapage mutuel » et tout ça l’attriste beaucoup. En plus de ça, alors que ses brimades avaient cessées avec son amitié récente avec Chanyeol, elles ont reprit. Discrètement car ses bourreaux ne veulent en aucun cas alerter les « chien de garde » comme ils se plaisent à appeler Chanyeol entre eux.

Ainsi, alors que Baekhyun sortait de la bibliothèque  universitaire centrale après avoir emprunté un ouvrage qui l’intéressait, il se fit entraîner contre son gré dans un coin pas trop fréquenté, loin des gens en général. Et là… Tout ce qu’il connaissait recommença. Les coups, les insultes. Comme il en avait l’habitude, il fut rabaissé et frappé à des endroits discret et cachés par les vêtements.

« Alors ? Maintenant que t’as plus ton chien qui te colle au cul, tu fais moins la maligne hein ? Avec ta bouche de suceuse !
- …
- Je te parle !
- … »


La routine… Au moins, il leur était reconnaissant de ne pas le frapper à des endroits visibles, ainsi, Chanyeol ne s’inquiètera pas. Enfin… S’il ne le détestait pas, chose dont il doutait beaucoup.

Paroles de Baek : #F7F7F0

O'Daim

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Park Chan Yeol (EXO K)
Etude, emploi : Gestion commerciale, assistant d'un DRH
Chan Baek
Park Chan Yeol
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Mar 17 Fév - 0:52

Life is not a fairytale ... Sure ?
Baek Hyun
On dit que les rumeurs vont vite, mais on ne s'imagine à quel point que lorsque cela nous arrive. Heureusement pour moi, rien ne s'est répandu à mon sujet ici, et je crois que je suis chanceux. Les rumeurs peuvent tuer des gens ou les pousser à se renfermer. Je sais de quoi je parle. J'ai à mes côtés, tous les jours, une personne comme ça. On a beaucoup parlé sur elle, mais eu lieu de crier, de fuir, de se battre pour se protéger, elle s'est simplement laissée entraîner par les rumeurs et s'est faite abattre. J'aurai voulu être là plus tôt pour elle, mais la vie en a décidé autrement. Faut croire que je ne suis pas si chanceux que ça. J'avais Kai derrière moi pour éviter que trop de mauvaises choses se propagent dans les couloirs de l'université, mais j'ai recommencé à être violent. Pour une bonne raison cette fois : j'ai défendu une personne en difficultés. Cela aurait pu tomber sur n'importe qui, mais je dirai que le destin m'a conduit jusqu'à lui. Jusqu'à Baek Hyun.

Je crois que j'ai carrément merdé la semaine dernière. À peine sorti de l'hôpital que je … J'aimerai ne plus y penser, mais chaque fois que je ferme les yeux, j'entends ses soupirs et sa voix sensuelle dans ma tête. Depuis ce jour-là, j'essaie de le regarder, de parler avec lui, mais je n'en suis plus capable. La culpabilité me ronge et il devient même difficile de me voir dans un miroir. Je deviens complètement dingue, et c'est un sentiment de dégoût qui m'habite lorsque je vois une seule parcelle de mon visage. Je n'y arrive plus, je suis un porc. Pas au sens propre du terme, je n'y ressemble pas, mais dans la façon dont j'ai agi avec lui, oui, j'y ressemble. Je ne pensais qu'à mes propres envies et pourtant, j'en ai eu des occasions de m'arrêter. Je traverse un couloir de l'université. Marcher me permet de m'occuper, mais je crois que c'est insuffisant car je le cherche du regard. C'est devenu obsessionnel, le voir et me rendre compte qu'il va bien pour ensuite m'éloigner comme une ombre silencieuse. Je ne fais que le protéger de loin, personne ne s'en est encore rendu compte et tant mieux. Il peut respirer sans avoir peur de se faire brutaliser ou insulter pour des motifs bidons. Je sais en gros ce qu'il a pu vivre et pour rien au monde, je ne veux qu'il vive ça encore une fois. Plus personne ne le touchera, pas tant que je serai là à ses côtés pour veiller sur lui. Même si on venait à se disputer, se déchirer, jamais je ne pourrais cesser de le regarder. Comment le pourrai-je alors qu'il m'obsède jours et nuits ?

Je m'arrête près d'une fenêtre environnante et pose mon épaule contre le mur afin de regarder dehors, pensif. Parfois, quand la paume de ma main se pose sur une surface, je ressens encore la sensation de son corps sous mes doigts. Ses frissons, son dos qui se cambre, sa peau si douce, si blanche, si fragile. Je parviens encore à me rappeler des ondulations de la cicatrice sur sa hanche, que j'ai de nombreuses fois effleurer, caresser, apprécier malgré que je sois fautif de cette vilaine plaie à présent sceller par du nouvel épiderme. Je crois que je deviens fou. C'est insupportable. Je voudrais que, juste un instant, ces images s'en aillent. Le calme est devenu mon pire ennemi et le sommeil, mon hantise. Mais alors quand je rentre dans l'appartement et que je sens son odeur … Elle s'infiltre dans les plus petites cellules de mon cerveau et je suis alors incapable de penser à autre chose. Plus je le repousse, moins mon état s'arrange. Pire, ça s'aggrave de jour en jour. Il faut que je prenne l'air. Je me redresse et continue mon chemin, tout en augmentant le volume de mon MP4 pour tenter de chasser ces images obscènes de ma tête.

Je prends un second couloir avant de voir enfin la porte qui mène à la cour, mais m'arrête un instant. Je vais d'abord faire un tour aux W.C., ensuite j'irai prendre l'air. Je ne vais quand même pas pisser dehors, il fait un peu froid en ce moment pour sortir quoi que ce soit. Je reviens donc sur mes pas, empruntant un corridor qui mène à l'autre bout du bâtiment et les dernière notes de la chanson résonnent dans mes écouteurs avant qu'elle ne s'arrête complètement, laissant le silence prendre place autour de moi. Un étudiant passe à côté de moi, l'air pressé, la mine horrifiée et je me sens un malaise s'emparer de mon corps. Je fronce les sourcils, enlève mes écouteurs d'un geste mais sans m'arracher les oreilles et l'interpelle. Il se stoppe sans se retourner alors que je m'approche de lui pour lui demander ce qu'il a. Peut-être qu'il est malade et qu'il a besoin d'aller à l'infirmerie ? Mais en tout cas, il est blanc comme un linge. La boule dans mon ventre ne me quitte pas alors que je le regarde fixement.

« Tu te sens bien ? »
« Je-oui ! »
« On dirait pas … »
« Je … Ce n'est pas de ma faute. Je jure que je n'ai rien vu ! »
« De quoi tu parles ? Attends, t'as vu quoi ? »
« … »
« Dis moi ce que tu as vu, lui demande-je avec sérieux. »
« Ils ont recommencé … Et lui, il se fait encore tabasser, je … »

Je ne le lui laisse pas le temps de terminer que je cours comme un dératé dans les couloirs pour chercher ce « lui » qui « se fait encore tabasser ». J'en étais sûr, je n'aurai pas du me reposer aussi vite. J'aurai du me douter qu'ils recommenceraient. Ces sales clébards. J'ai déjà fourré mon MP4 et ma veste dans mon sac, en boule, en désordre, le tissu dépassant de l'ouverture, mais je m'en tape royalement. Je fais encore quelques pas, atteignant un coin peu fréquenté. Ben voyons, si c'est pas le lieu idéal pour maltraiter quelqu'un, ça … J'entends des voix et de légers gémissements. Je reconnais clairement le faible son qu'émet la victime, je sais qui c'est, je connais parfaitement cette personne et je serai capable de reconnaître sa voix entre mille. Une colère colossale s'empare de moi et mon corps se chauffe alors que je m'approche de l'angle pour voir les agresseurs et lorsque je remarque son corps si mince et fragile sur le sol, je vois rouge. Je m'approche de quelques pas rapides et en saisit un par le bras alors qu'il allait le frapper encore. Il se la joue cool et tente de passer outre mon blocage. Mais lorsqu'il se rend compte qu'il n'a pas le même adversaire devant lui, ses yeux s'agrandissent tellement que j'ai peur qu'il roule par terre. Je le cogne dans le ventre et il se met immédiatement à vomir ce qu'il a avalé un peu plus tôt dans la journée. Il se plie au sol, à genoux, se tenant le ventre alors qu'il continue de cracher ses tripes sur le sol. L'autre n'ose même pas bouger. Ils savent. Ils ont touché à MON Baek Hyun.

Je m'approche de l'autre qui hésite entre se barrer en courant et ne pas bouger, pensant certainement que je vais le laisser tranquille. Il recule, effrayé, comme s'il avait le pire des prédateurs devant lui, et je le choppe au col, le collant au mur dans un bruit sourd et un gémissement étouffé de douleur. Je ne sais pas si je lui refais le portrait ou si je le défonce tout court. Je pense que je devrais me la jouer discret comme eux, et les tabasser à des endroits cachés par les couches de vêtements. J'ai tellement de rage et de colère en moi que je ne me reconnais même plus. Dés que ça concerne Baek Hyun, je serai capable de tuer quelqu'un, et je crois que c'est un euphémisme. Je n'ai jamais réagi ainsi auparavant, et c'est certainement du au fait que j'ai une personne chère à mon cœur, que je souhaite protéger plus que tout. Plus que ma propre vie. Je serre tellement ses vêtements entre mes doigts que je l'étrangle en même temps sans m'en rendre compte. Ce n'est qu'une fois qu'il commence à supplier que je le lâche sans douceur sur le sol. Tous deux déguerpissent comme des lapins, sans demander leurs restes.

Je reprends peu à peu conscience de ce que je viens de faire. Je me tourne vers mon protégé et le regarde, les yeux remplis de peine à son égard. C'est de ma faute s'ils continuent de s'en prendre à lui. Mais si je n'étais pas là, est-ce que ça changerait ? Non, impossible. Toute mon inquiétude pour lui redescend et je me mets à le disputer, malgré moi.

« C'est pas vrai Baek Hyun, tu peux pas te défendre ? Fais quelque chose, crie, cours, cherche quelqu'un ! Cherche moi ! À quoi je sers si je ne suis même pas capable de te protéger comme il faut ? Est-ce que tu sais comment je me sens là ? Ça fait combien de temps que ça a recommencé ? Tu devrais te ménager ! Tu sors quand même de l'hôpital, je te signale ! Putain, t'es entouré de tarés, c'est pas possible ! »

________

Paroles Chan Yeol : #474546

O'Daim




Revenir en haut Aller en bas
http://overdose.forum-gratuit.net
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Baekhyun EXO
Etude, emploi : Arts appliqués-option anglais et chinois
Mun Baekhyun
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Ven 20 Fév - 14:59

Life is not a fairytale... Sure ?

Une immense douleur physique envahit tout son être… Ou une douleur mentale ? À ce train là, Baekhyun n’était plus trop en mesure de faire la différence. Les coups se sont mit à pleuvoir, et les insultes encore plus.

«  Ta mère t’as jamais apprit à répondre lorsque l’on te parlait ?
- Elle a dû l’abandonner lorsqu’elle s’est rendu compte qu’elle avait pondu une tapette sous toutes les coutures…
-Putain t’as raison… J’imagine pas la désillusion de c’te bonne femme lorsqu’elle t’as vu Baekhyun !
-… »

Comment tout cela à commencé ? Au tout début... ? Il ne s’en souvient pas vraiment, peut être à cause de la répétition des actes, il a cette impression que sa vie a toujours été ainsi, sans réel espoir d’amélioration.  Son père a commencé à le maltraiter avant que ça n’arrive à l’école. Il ne l’a pas protégé, et il l’a même enfoncé dans ses tourments. Pourtant son fils ne lui en veux pas tant que ça. Quant à ses camarades, ils n’ont jamais apprécié son caractère trop effacé et calme. Même lorsque l’on se montrait gentil avec lui, Baekhyun était tellement timide qu’il n’arrivait pas à s’exprimer. À parler.
Puis vint les grosses brutes à la recherche de souffres douleur. Il était la victime parfaite. Petit, frêle, très effacé bien qu’en le regardant bien, il n’a pas un physique ordinaire, et surtout, sans aucune amitié ou personne à qui se raccrocher. Lorsque quelqu’un est déjà perdu dans un profond désespoir, ça se ressent. Et ses bourreaux l’on très bien senti. C’est pour cette raison que peu importe son entourage pendant sa scolarité, il y a toujours quelque part des élèves qui cherchent à le piétiner pour se sentir fort. Frapper, insulter et nourrir des rumeurs sur Baekhyun a donc toujours fait parti de la routine, pour la plupart des élèves.
Ainsi, la douleur mentale est ancrée profondément dans le cœur du jeune homme. Ça ajouté au froid qui s’est instauré brutalement entre lui et la seule personne en qui il avait confiance…

« hn… »

Etrangement, les insultes ont cessées plus vite que d'habitude. Allongé à même le sol, roulé en boule pour atténuer la douleur et protéger sa cicatrice et ses côtes toutes récemment soudées, il sort légèrement sa tête de ses épaules pour regarder ce qu’il se passe. Il reste prudent et méfiant parce que ses bourreaux pourraient jouer le jeu d’attendre de le voir réagir pour le blesser encore plus. Même en s’étant protégé, son corps commence déjà à lui faire un mal de chien… Il va devoir prendre sur lui pour agir normalement devant Chanyeol lorsqu’il le verra. Sans doute pas longtemps étant donné qu’il l’évite autant à l’université que chez eux.
Si Baekhyun ne l’a pas entendu arriver, c’est à cause de son esprit qu’il avait forcé à s’évader. Penser à autre chose pendant que ses bourreaux tentent d’atteindre son cœur avec toutes ces paroles… Ou même se distraire pour éviter de penser aux picotements, crampes et autres douleurs qui prennent sa carcasse fragilisée, ça aide toujours.

Bref, son regard se pose sur Chanyeol qui semble… Dans une colère noire. Il ne l’a jamais vu ainsi. Lorsqu’il s’est confronté avec son père, il ne s’en souvient pas vraiment à cause du sang qu’il perdait par la blessure que son géniteur lui a infligé avec une bouteille. Bouteille qu’il a d’ailleurs brisée sur lui, ce qui a donné la cicatrice qu’il a maintenant sur sa hanche.
Le plus petit ne comprend pas ce que fait son colocataire ici. Normalement il ne le croise jamais… En tout cas pas depuis qu’ils avaient… Qu’ils étaient devenus intimes. La violence qui émane de la scène le rend mal à l’aise. Pas parce qu’il est effrayé, mais parce qu’il ne comprend pas. Pourquoi semblait il si en colère ? Il ne voulait pourtant plus lui parler, ni même le regarder. Que devait-il penser, maintenant qu’il le voyait prendre de nouveau sa défense ?
Il n’eut pas le temps de vraiment se poser de questions à ce sujet, que le plus grand lui parla…  Comme il ne lui avait jamais parlé. Son cœur déjà mit à l’épreuve par ses deux tortionnaires, des larmes prirent vie au coin de ses yeux pour dévaler ses joues avant même qu’il ne se rende compte de leur présence.

« P-pardon… Je… »

Même s’il avait essayé de passer outre et de ne pas écouter ce que les deux autres lui crachaient au visage, il n’a pas pu s’empêcher de retenir. Sa mère était morte dans un accident de voiture, mais elle n’aurait sûrement pas voulu de lui vu son état actuel. Tout comme son père ne veut pas de lui. Incapable de se défendre. Un physique d’après lui pas avantageux, un caractère fade, rien d’intéressant en bref. Finalement il comprenait que son père refuse même qu’il l’appelle « papa ». Qui voudrait d’un fils pareil ?
Il se redresse à l’aide du mur, assit convenablement, le visage baissé. Il est terriblement honteux, tellement qu’il ne s’en rend pas compte que si Chanyeol est là, c’est qu’il ne le déteste pas comme il le croit.

«Je suis… désolé…  Ne me déteste pas… Je… »

Essayer de parler et sangloter en même temps est une tâche bien plus difficile que l’on ne le pense. Lorsque Baekhyun demande au plus vieux qu’il ne le déteste pas, il fait plus allusion à ce qu’il s’est passé une semaine plus tôt, plutôt qu’en cet instant même. Se relevant avec difficulté à cause des bleus qui se forment déjà, il garde son visage obstinément baissé.

« ça fait… peut être deux jours… que ça a recommencé… »

Ils n’avaient pas commencé par les coups, plus intelligents qu’ils en avaient l’air. Déjà, ils avaient commencé par l’attirer dans des coins sombres pour le tourmenter verbalement et voir si quelqu’un se pointait à l’improviste. Baekhyun n’était déjà pas du genre à se débattre et à la ramener, mais depuis que Chanyeol s’est mit à l’éviter, il n’avait plus envie de rien. Son cœur le faisait tellement souffrir qu’il se serait laissé massacrer sans broncher. Après tout, si Chanyeol se décidait à le laisser, il ne lui restait plus personne, plus rien qui ne le retienne. Il avait apprit à aimer grâce à lui, à sourire, à faire confiance. Si son premier amour lui tournait le dos, il ne pourrait pas s’en relever. Il aimerait être plus fort, différent de ce qu’il est pour que ses parents soient fiers de lui… Ou même que lui-même n’ai pas honte de sa propre personne.

Paroles de Baek : #F7F7F0

O'Daim

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Park Chan Yeol (EXO K)
Etude, emploi : Gestion commerciale, assistant d'un DRH
Chan Baek
Park Chan Yeol
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Sam 21 Fév - 20:26

Life is not a fairytale ... Sure ?
Baek Hyun
Je le regarde fixement mais je ne parviens pas à me calmer. Savoir qu'il subit encore ça et qu'il ne me dit rien … Je suis fou de rage. Pas autant envers Baek Hyun que cette bande d'abrutis mais il n'est pas moins fautif. Il sait que je suis là pourtant, je le lui ai répété de nombreuses fois. Ce n'est quand même pas la première fois que ça lui arrive mais il continue de rester à terre, se mettant en boule en espérant qu'on ne le voit plus. OR ! C'est une personne, comme tout le monde et il a besoin de s'affirmer un peu plus. Qu'il crie « à l'aide » au moins, qu'il essaie de me trouver, ou bien Kai ou quelqu'un d'autre ! Non, il se laisse faire en retenant le moindre soin trop fort de parvenir jusqu'à l'oreille d'un passant. Qu'est-ce qu'il aurait fait si je n'étais pas encore intervenu ? Il se serait caché ? Cela aurait été impossible que je ne le vois pas. Ce n'est pas parce que je l'évite un peu pour essayer de mettre les choses au clair dans mon esprit que je ne le regarde plus. Au contraire, ça en devient presque une obsession.

En cours, quand je ne peux pas le voir, je me demande ce qu'il fait, à quoi il pense, s'il va bien ou s'il est en train de réviser ou lire quelque part. J'ai fini par m'éloigner de mes amis afin de le surveiller de loin, sans jamais l'approcher, sans qu'il ne me voit. Je suis vraiment un abruti moi aussi. À la maison, je ne lui parle qu'à peine alors qu'au bahut, je ne peux m'empêcher de vouloir l'avoir près de moi. Je crois que je deviens fou, mon cerveau ne fonctionne plus en ce moment. J'ai même du mal à me concentrer sur les paroles de quelqu'un lorsque l'on me parle. C'est dramatique, pathétique ou bien complètement débile. Je ne sais pas quel mot choisir. Je suis dingue. C'est sûr. Et ce, depuis sa déclaration. Il a tout chamboulé dans mon corps, mon esprit et mon cœur, je ne sais plus où j'en suis. Mais je me voile la face, je crois que je sais … Sans pouvoir l'affronter réellement.

Je sors de mes pensées et mon visage se radoucit immédiatement face à ce que je vois. Des yeux brillants, de l'eau coincée dans le creux de ses paupières et une larme qui tombe. Puis des dizaines d'autres sans qu'il ne puisse faire quoi que ce soit. Est-ce de ma faute ? Je ne sais pas vraiment. Il vient tout de même de subir des choses horribles une nouvelle fois et je n'étais pas là pour le protéger. Je me dis que je devrais m'éloigner de lui parce que les autres font leur coups en douce, mais j'en suis incapable. Aussi, je suis certain que ce serait pire pour lui si je devais le rayer de mes relations. Et ce serait impossible pour moi de ne plus l'avoir dans ma vie. Que dois-je faire ? C'est une situation tellement compliquée. Et je suis un homme, lui aussi, je ne suis pas GAY ! Je suis déjà sorti avec des femmes, de mon âge ou un peu plus vieille mais jamais je ne me serais vu avec une personne du même sexe que moi et pourtant lorsque nous avons … Non, nous n'avons pas, presque mais ce n'est pas arrivé. C'est venu tout naturellement, je ne me suis posé aucune question et je crois que c'était bien mieux que tout ce que j'avais vécu jusque là, bien que je n'ai jamais passé le cap avec la gente féminine. Non, vraiment, je ne peux pas faire ça avec un homme … Je ne suis pas gay … Il n'y a que Baek Hyun …

« P-pardon… Je… »

Pardon ? Il vient de me demander pardon ? Pour quelles raisons ? Ce n'est quand même pas de sa faute s'il se fait emmerder par des abrutis qui n'ont rien de mieux à faire. Je me mets à fixer le sol. Je viens quand même de l'engueuler parce que j'étais en colère et inquiet pour lui. Je devrais sans doute m'excuser comme il le fait, mais je pensais réellement ce que j'ai dit. Il devrait penser à se défendre, trouver un moyen ou même courir, s'enfuir. Et s'il est assez courageux, il devrait chercher mon aide. Je ne pourrais jamais le laisser subir ça encore. C'est déjà bien assez difficile de me pardonner aujourd'hui pour ne pas avoir remarqué que ça avait recommencé, mais si cela arrivait encore … Je crois que je mourrai de culpabilité envers lui. Je ne garantis pas non plus le bon état de ses attaquants la prochaine fois. Je lui adresse un regard empli de peine lorsqu'il se redresse difficilement contre le mur pour s'asseoir. Il ne me regarde pas, préférant fixer le sol, mais je parviens à sentir sa douleur et sa détresse à travers ses gestes et ses larmes.

«Je suis… désolé…  Ne me déteste pas… Je… »

Le détester ? Il est bien loin du compte. Je ne peux pas le détester. Est-ce que tu comprends Baek Hyun ? Je suis incapable de te détester. Regardes moi et remarque le. Je crois que je … Que je quoi ? Même en le pensant, je n'arrive pas à les prononcer. Est-ce que toutes les personnes sont pareilles ? Est-ce qu'elles sont aussi têtues devant trois simples mots ? J'ose l'espérer. Je continue de le fixer avec des sentiments indescriptibles dans les yeux alors qu'il se relève complètement, toujours avec difficultés, le visage dirigé vers le sol. J'en fais de même quelques secondes, le temps de me mordre la lèvre puis le regarde de nouveau, prêt à m'excuser mais il me devance en répondant à ma question.

« ça fait… peut être deux jours… que ça a recommencé… »

De nouveau, c'est la colère qui me submerge et je serre les poings, blanchissant mes phalanges. Je ne peux pas le permettre, pas encore, pas une fois que je l'ai sorti de tout ça et qu'il allait mieux. Et puis, ce n'est pas comme s'il sortait de l'hôpital et qu'il fallait qu'il fasse attention à la plaie fraîchement refermée, non. Je devrais peut-être en défoncer un pour montrer l'exemple. Mes avertissements ne doivent pas suffire. Est-ce que je dois me montrer plus violent ? Mais si c'est le cas, je ne donne pas cher de ma peau. Des rumeurs vont courir et je ne pourrais plus avoir la vie normale dont j'aspire. Il faut que j'agisse intelligemment, pour lui comme pour moi. Même si je ne suis pas certain de pouvoir me contrôler, car j'y parviens de moins en moins. Je me laisse complètement submergé et dépassé par ma colère. Il me rend comme ça, je ne contrôle plus rien depuis qu'il est entré dans ma vie. Je me pince les lèvres, je suis vraiment le Roi des Idiots. Je m'avance de deux pas vers lui et penche ma tête pour essayer de capter son regard. Je me permets de glisser mes doigts sous ses vêtements afin de voir si sa blessure est en bon état et je remarque que juste au dessus, il y a un hématome qui commence déjà à devenir bien bleu. Quelques centimètres dessous et je suis certain que la peau fine, fragile et à présent soignée, aurait craqué. Je tente de gérer mes mains tremblantes sur sa peau douce et fragile, mais c'est plus fort que moi. De puissantes émotions se bousculent en moi et je ne suis pas dans la mesure de les mettre en cage. Je prends une grande inspiration pour me vider la tête et me décale légèrement, effectue un début de flexion pour ensuite glisser un gras sous ses genoux et un autre dans son dos. Je le soulève du sol et il s'accroche à moi, surpris de mon geste. Je ne peux pas le laisser là, blessé et tourmenté, je dois au moins l'emmener à l'infirmerie pour qu'il se repose.

Je commence ma route vers les locaux de soins, sans un mot, regardant droit devant moi. Il faut à tous prix que j'évite de croiser ses yeux ou pire, ses lèvres sinon je ne serai pas en mesure de rester si calme. Selfcontrol. Je descends lentement les escaliers, prudemment surtout mais il est tellement léger que je n'ai aucun mal à marcher et l'avoir dans mes bras. Je pousse un soupire, avec espoir que la pression que je ressens dans mon cœur s'envole et que la tension dans l'air disparaisse aussi vite que le vent. Je le tiens fermement mais avec douceur, je ne voudrais pas le blesser encore plus. Je parviens sans grands efforts dans les locaux de l'infirmerie, j'ouvre d'abord la porte qui mène au couloir des chambres et du bureau de la personne en question puis remarque qu'un mot est accroché avec du schotch : « Momentanément absente. Je reviens rapidement. » Peu importe, je n'ai pas le temps d'attendre. J'ouvre la porte du fond et entre dans une chambre aux couleurs claires et rassurantes, bien que l'odeur laisse à désirer. Le lit grince lorsque je dépose son corps sur le matelas et je m'empresse de fermer les rideaux de la fenêtre, trop de lumière entrant dans la pièce pour quelqu'un qui doit se reposer.

Je reste planté devant le rideau fermé, à me demander ce que je fais à présent. Je l'ai amené ici, il doit rester au calme et loin des regards moqueurs, mais pourquoi est-ce que je n'ai pas envie de le laisser ? Pourquoi est-ce que les battements de mon cœur s'accélèrent ? Est-ce le souvenir de se retrouver dans une pièce close, seul avec lui, qui me rappelle ce qu'il s'est passé entre nous ? Avais-je oublié pourquoi je passais mon temps à l'esquiver ? Lui, ses sourires, ses regards et son corps. Je ne peux pas me permettre de le blesser, mais n'est-ce pas ce que je suis en train de faire à cause de mon comportement ? Cela fait une semaine qu'il semble éteint, ses yeux ne pétillent plus lorsqu'il me voit, je n'ai plus le droit de voir ses légers sourires lourds de sens, et depuis combien de temps mes mains ne l'ont pas touché ? Quand est-ce que mes gestes ont commencé à avoir une signification ? Au début, je pouvais lui ébouriffer les cheveux sans penser à quoi que ce soit, j'entourai mon bras autour de son cou dans les couloirs, devant un public sans me préoccuper des réactions ou des « on dit » mais … Tout a changé. J'AI changé. Je suis vraiment un abruti …

________

Paroles Chan Yeol : #474546

O'Daim




Revenir en haut Aller en bas
http://overdose.forum-gratuit.net
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Baekhyun EXO
Etude, emploi : Arts appliqués-option anglais et chinois
Mun Baekhyun
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Mar 24 Fév - 2:33

Life is not a fairytale... Sure ?

Baekhyun ne saurait dire depuis combien de temps il attend une réponse… Quelque chose qui le rassurerait sur ce que pense Chanyeol. Depuis qu’il l’a disputé, aucun mot ne s’est échappé de sa bouche. De quoi stresser encore plus le petit brun. Il ne voulait pas le décevoir, mais apparemment, il était aussi incapable de garder l’affection d’une personne telle que Chanyeol. S’il avait su que son aîné se mettrait dans un tel état en le voyant… Il ne se serait pas laissé faire. Enfin… Même si le résultat aurait sûrement été le même, il aurait au moins protesté. Pas pour lui, mais pour son ami.
Sa tendance à se laisser marcher dessus lui vient depuis son enfance. Il a été élevé dans cet esprit, dans cette habitude de se faire piétiner. Ses droits ont quasiment toujours été bafoués à partir du moment où il était assez grand pour être autonome tout seul. Il ne se rend donc pas compte à quel point ce qu’il vit n’est pas normal. Enfin… Vivre avec Chanyeol lui montre déjà un aperçu d’une vie plus sereine, plus douce. Seulement il ne peut pas apprécier tout ça. Cet appartement spacieux et très beau. La présence de son ami, l’absence de violence… S’il ne s’était pas déclaré à lui, ils n’en seraient pas là.

Baekhyun regrette amèrement. Il voudrait tellement revenir en arrière, tout effacer… Que ses sentiments ne soient pas réciproques est douloureux certes, mais il pourrait vivre avec. En revanche vivre loin de Chanyeol ne lui semble pas vivable. Petit à petit, de jour en jour, la peur de devoir faire une croix définitive sur lui grandit. Il ferait n’importe quoi pour se racheter et supprimer cet élan d’égoïsme. C’est vrai… Il lui a tout jeté à la figure sans réaliser. Ça doit le dégoûter qu’un homme se soit déclarer à lui. Ou bien l’embarrasser. Et comme il est très gentil, il ne lui demande pas de partir…

Revoir son père après leur dernière entrevue sanglante, ça l’effraie, bien sûr. Il ne sait pas ce que son père serait capable de faire cette fois-ci. Il l’avait agressé avec une bouteille en verre, tellement qu’il lui avait brisé sur les côtes… La bouteille, c’était parce qu’il l’avait à portée de main, ce qui voulait dire que la violence des coups, et les objets seront toujours aléatoires. Une autre donnée s’ajoute  à tout ça… Son alcoolisme. S’il avait bu deux bouteilles de bières, ou quatre, sa colère ne sera pas la même.
Perdu dans ses souvenirs peu rassurants, Baekhyun se fait surprendre par son ami qui s’est approché de lui. Il ne l’a ni entendu, et encore moins vu… Il n’avait pas osé relever son visage pour croiser son regard en colère, voire déçu… Pourtant, il n’a pas trop le choix lorsqu’il plonge sans le vouloir ses prunelles mouillées dans les siennes. Il l’a regardé sans faire exprès, perturbé par leur proximité. De nouveau, Chanyeol le surprend en souleva son pull et sa chemise. Etant déjà acculé contre un mur, il ne peut pas fuir le contact… Et de toute façon, il ne cherchera jamais à le fuir. Il était bien la seule personne à pouvoir le toucher de manière aussi familière. Aucun stresse ni aucune crainte ne découlait de ce contact.

« Hn… »

Un frisson l’a traversé de part en part dès l’instant où ses doigts ont effleuré sa peau, proche de sa cicatrice et il n’a pas pu retenir un petit couinement de s’échapper de ses lèvres roses. Ça faisait longtemps qu’il ne l’avait pas touché… Et son corps le sait parfaitement.
Baekhyun n’aime pas trop sentir des frottements sur sa cicatrice, son épiderme étant encore beaucoup sensible, voire presque douloureux à certains moments. Les tremblements du plus grand l’inquiète, car il est dans l’incompréhension totale. Il ne sait toujours pas comment il a réussi à les trouver, et même à savoir qu’il était là. Il sait encore moins s’il le déteste pour ce qu’il lui a dit, il y a une semaine… Il ignore tout, et cette ignorance lui broie le cœur petit à petit.

« Ah ! »

Toujours profondément tourmenté, il réalise ce qu’il se passe au moment où il se fait soulever dans les airs. La plupart de son stress s’évanouit comme l’eau s’évapore au soleil dès l’instant où son parfum envahit ses narines. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’après quasiment plus de 7 jours, il peut de nouveau bénéficier de la chaleur humaine de Chanyeol. Ça lui avait énormément manqué… Certes il a eut un peu peur en se sentant décoller tout d’un coup, mais maintenant il est bien blotti contre lui. Il n’ose rien dire, mais les rougeurs sur ses joues témoignent de sa joie et de son bien être. Il ne lui en faut pas plus pour être heureux.
Silencieux, il se demande tout de même où son aîné l’emmène, et pourquoi. La réponse à sa question s’impose d’elle-même lorsqu’il se souvient de la rapide observation du plus grand sur sa cicatrice. À n’en pas douter, il l’amenait à l’infirmerie. Ce n’était pas la première fois qu’il y allait, loin de là. Cette femme l’avait vu plusieurs fois, tellement que ses excuses ne tenaient plus par rapport à ses nombreuses blessures répétées. Mais comme il est maintenant majeur et qu’il lui a demandé de ne pas en parler… Rien n’a été divulgué car l’infirmière est tenue au secret médical. Malgré ça, le petit brun s’est entêté à ne rien dire à l’infirmière. Avant de rencontrer Chanyeol, il était vraiment quelqu’un de fermer. Enfin, plus que maintenant.
Comme il l’avait deviné, ils pénètrent dans les locaux de l’infirmerie. Ou plutôt, son porteur les amène là bas. Arrivé devant la porte du bureau de la responsable, un mot annonce de son absence. Une absence qui généralement dure environ une heure.

« Elle est… en réunion… »

Il préférait le prévenir, même si ça impliquait de montrer qu’il avait l’habitude de s’y rendre. Il n’y allait que lorsqu’il était trop amoché pour continuer à aller en cours comme si de rien n’était. S’il n’avait que des petites blessures, il se gardait bien de montrer quoi que ce soit.
Déposé avec beaucoup de douceur sur un lit dans une jolie petite chambre, il regarde un peu autour de lui. Il avait déjà dormi ici quelques fois déjà, les lits sont très confortables et la chambre chaleureuse.  Alors que Baekhyun réalise à peine ce qu’il se passe, les rideaux sont tirés, plongeant la pièce dans une semi pénombre relaxante, et reposante.

Allongé sur le lit, il se tourne vers son sauveur de toujours, attendant de le voir bouger… Chose qui bizarrement, ne vient pas.
Pourquoi s’est-il figé comme une statue de glace ? Peut être qu’il compte repartir maintenant… Ou qu’il veut lui dire quelque chose d’important ? Son stress revient au galop, lui rappelant également  ses blessures provoquées par ses camarades de classe. Un petit geignement de douleur lui échappe donc lorsqu’il se redresse.

« Hmm… »

Il n’aurait pas dû être si brusque mais il n’a pas pu se contrôler. Il veut lui parler, pour comprendre. Après avoir de nouveau goûté à la chaleur de ses bras, il se refuse de retourner à cette solitude glaciale. Le cœur serré, il regarde courageusement le plus grand, même s’il a honte.

«  Je… Suis vraiment désolé… Pour la… dernière fois. Je… Je n’avais pas pensé à ce que tu ressentais… Excuse-moi, je ne le redirais plus… »

S’il fallait ça pour que leur relation redevienne comme avant, alors c’était vite réfléchit. Il serait capable de faire le sacrifice, parce ce que l’amitié qu’il partage avec Chanyeol est la seule chose qui le pousse à s’accrocher à la vie, et à croire à un avenir plus lumineux.

Paroles de Baek : #F7F7F0

O'Daim

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Park Chan Yeol (EXO K)
Etude, emploi : Gestion commerciale, assistant d'un DRH
Chan Baek
Park Chan Yeol
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Mar 24 Fév - 14:36

Life is not a fairytale ... Sure ?
Baek Hyun
J'ai changé à partir du moment où j'ai croisé son regard. Je m'en souviens, je crois que j'ai tout de suite été accro à ce qu'il dégage. C'est indescriptible mais je me sens attiré par lui, et c'est sans doutes pour cette raison que j'ai tout fait pour qu'il me dise son prénom. Je ne savais pas ce que l'on disait sur lui, mais je m'en fichais pour être honnête. Je ne suis pas le genre à me baser sur des « on dit » et je voulais le connaître, lui, et pas via d'autres personnes. Au début, on s'envoyait des mots en cours de chinois. Ça m'amusait, mais un peu moins quand j'ai vu que des abrutis lui balançaient des trucs ou des paroles, gratuitement, alors qu'il ne faisait rien pour mériter ça. Je peux facilement dire que c'est ce qui nous a rapproché mais éloigné en même temps. Rapproché, parce que c'est grâce à cela que j'ai pu commencer à lui parler, mais éloigner car j'ai quand même mis pas mal de temps à pouvoir l'approcher et l'apprivoiser. Un léger rictus étire mes lèvres à ces souvenirs.

Comment ai-je pu oublier tout ça ? Il est devenu ma seule pensée et le simple fait de voir son visage devant mes yeux lorsque je les ferme, me rend tout aussi heureux que triste. J'ai commencé à être influencé par ses humeurs, les aléas de sa vie, son regard. Surtout son regard. Il exprime tellement que je peux en ressentir les effets. Qu'est-ce qui m'a perdu au départ ? Je l'étais bien avant qu'il ne se déclare, juste après l'échange plus qu'intime que l'on a eu, mais quand exactement ? Je ne sais plus … Je pousse un soupir discret. Plus pour moi-même qu'autre chose. L'infirmière n'est pas là, en réunion d'après les quelques mots de mon ange sur le lit, mais quand est-ce qu'elle va revenir ? Je mords ma lèvre inférieure tout en espérant qu'elle ne se dépêche pas. Je veux passer un peu de temps avec mon protégé, même si je sais qu'il faut que l'on ait une conversation compliquée. Sur ce que je ressens, ce qu'il ressent, ce qu'il s'est passé et le futur.

Un gémissement me sort immédiatement de mes pensées et je me tourne vers lui pour savoir ce qu'il se passe. Il semble souffrir, ce qui signifie qu'ils n'y ont pas été de main morte avec lui. Je dois faire quoi pour qu'ils comprennent qu'il faut lui foutre la paix ? Merde, c'est pas possible d'être aussi stupide. Je reste paralysé de nouveau. Je suis devenu vraiment lunatique. Un coup, radoucit, un autre, en colère. Ce n'est pas dans mes habitudes d'hésiter comme ça, mais là, je fais fort. En une demi heure, j'ai ressenti au moins une dizaine de sentiments différents. Je pourrai être acteur. Je me contente de le regarder, sans savoir quoi faire. L'approcher ? L'aider ? Le soigner ? Mais comment ? Ou bien rester là, comme un bouffon qui passe pour un mec qui n'en a absolument rien à faire de lui. Je suis paumé. Mais complètement, si on avait pas remarqué.

«  Je… Suis vraiment désolé… Pour la… dernière fois. Je… Je n’avais pas pensé à ce que tu ressentais… Excuse-moi, je ne le redirais plus… »

Je ne pensais pas qu'il allait s'excuser à propos de « ça », mais ça ne m'étonne pas vraiment. Le problème, c'est que même s'il ne le dira plus, il l'a déjà fait et mon cerveau en est marqué. Tout comme sa peau, son sourire, les sons qu'il produisait pendant que je … Oh punaise, je pense à quoi encore ? C'est de sa faute aussi, à me le rappeler tout le temps. Rien que le fait de le regarder me met dans tous mes états. Je suis irrécupérable. Pourquoi il ressent ça pour moi ? Je ne suis pas un type bien, et il ne sait pas toutes les horreurs que j'ai bien pu faire avant. Le sale petit con que j'étais. Certes, c'est terminé, mais dans le fond, je n'ai pas vraiment changé. Je me sers encore de la violence pour passer mes nerfs ou défendre Baek Hyun.

Je passe une main dans mes cheveux, les décoiffant certainement mais je m'en fiche. Je dois agir, lui montrer que je tiens à lui mais il ne doit pas culpabiliser autant tout seul, dans son coin. Je suis toujours le Chan Yeol idiot qui le protège, non ? Je m'approche du lit, hésitant comme jamais et cherche déjà mes mots. Je ne suis pas très doué dans les discours, mais avec les gestes, ce serait pire, je ne pourrais peut-être pas m'empêcher de faire des choses qui partiraient loin. Alors mieux vaut prendre son temps, même si l'embrasser … Ce n'est pas l'envie qui me manque. Je ne suis peut-être pas assez courageux en fait, parce que j'ai toujours l'excuse que je ne veux pas le blesser. Mais qu'est-ce que je dois faire ?! Je suis près de lui, un peu trop proche pour notre sécurité, mais je ne peux pas lui parler à un ou deux mètres de distance. De plus, c'est sérieux, faut pas que je déconne sur ce coup-là. Je tente de garder une respiration normale alors que mon cœur s'amuse au grand huit dans ma poitrine. Selfcontrol. C'est bien de le penser mais si ça pouvait régler tous mes soucis, ce serait miraculeux. Je pose mes fesses sur le bord du matelas, et réfléchis toujours intensément. Ne pas le regarder pour l'instant, ne pas le regarder, ne pas le … C'est plus fort que moi, il faut que j'observe son visage. Que je plonge dans ses prunelles chocolat, que je me noie dedans. Je suis fou, probablement, mais il me rend comme ça, je n'y peux rien. Comme si rien ne s'était passé, comme si mon cerveau venait d'oublier les événements récents, mon bras se lève et se tend vers son visage, alors que le bout de mes doigts effleure doucement la peau de sa joue. Ma main n'ose qu'à peine le toucher, de peur de le blesser ou de le brusquer. J'en ai simplement besoin, sentir qu'il est là, toujours vivant malgré tout ce par quoi il est passé, malgré ce qu'on a vécu ensemble pendant une année. Mes yeux se remplissent de tristesse tout en le fixant profondément.

« Pardonnes moi Baek Hyun … D'être un idiot. »

Je ne sais pas s'il s'imagine à quel point, je suis idiot. Il ne doit absolument rien comprendre, il faut que je parle, que je lui explique mais c'est tellement difficile. Il faut que je fasse simple, si je tourne autour du pot, mes explications n'auront plus aucun sens, car moi-même je vais m'embrouiller dans ce que je vais dire. Même mes pensées ne sont que fouillis … Je me déplace sur le lit, m'approchant encore un peu de lui, et nous nous retrouvons face à face sans parler. Juste le fait de le regarder me rend serein et apaisé, mais les mots ne me parviennent pas pour autant. Je reprends ma main avant d'aller trop loin. Avant de le caresser franchement. Avant de glisser mes doigts dans sa nuque. Avant de jouer avec ses cheveux. Avant de déraper.

« Je vois bien que je nous blesse en agissant ainsi. Je devrais juste me laisser aller et profiter de l'instant présent, mais je n'y arrive pas … Je n'ai jamais pris les choses au sérieux dans mes relations avant, mais toi … Toi, tu es différent. Si je t'ai protégé des autres, ce n'était pas pour te blesser ensuite. Je te fais du mal en agissant froidement avec toi, et je me punis de ne pas avoir répondu à tes sentiments. Mais, Baek Hyun, si je te touche encore … »

Je ne continue pas ma phrase. Mon ton est presque désespéré. Je suis tellement désolé. Je détourne les yeux de lui, fixant le sol, reconnaissant mes fautes. Je ne pensais pas que tout ça allait prendre une tournure pareille, je ne savais pas que je prendrais cette situation autant à cœur. Pourquoi est-il le seul à me faire réaliser que, dans une relation, il n'y a pas qu'une personne ?

________

Paroles Chan Yeol : #474546

O'Daim




Revenir en haut Aller en bas
http://overdose.forum-gratuit.net
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Baekhyun EXO
Etude, emploi : Arts appliqués-option anglais et chinois
Mun Baekhyun
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Ven 29 Mai - 17:13

Life is not a fairytale... Sure ?

Baekhyun est dans l'attente totale. Il n'a aucune autre alternative qu'attendre la réponse de Chanyeol. Allait-il accepter de lui donner une seconde chance ? Après tout, ce qu'il lui avait dit ce jour là était suffisamment grave pour qu'il l'évite pendant toute une semaine... Le jeune loup ne se rendait pas compte de l'ampleur de ce qu'il avait dit. Les sentiments qu'il avait pour Chanyeol s'étaient mit à déborder et la signification de tout ça lui est apparu d'un coup.  Et cette signification, il en a directement parlé au principal intéressé. Mais il aurait dû réfléchir, Baekhyun aurait dû se dire que... Malgré... Ce qu'ils avaient fait, ce qu'il allait lui dire n'allait pas être forcément bien prit.
Mais comment l'aurait il su ? Il n'a jamais eu aucune relation avant Chanyeol. Que ce soit des amis, ou plus. Même pas des relations de parents à enfants...

Toujours autant perturbé par ses sentiments, le plus petit relève son regard lorsqu'il perçoit du mouvement du côté de Chanyeol. Celui-ci s'est approché... Relativement.  Plus proche encore que lorsqu'ils se retrouvaient tout les deux, seuls dans leur appartement. Après leur rapprochement intime bien entendu... Parce qu'avant, Baekhyun et lui était très proches physiquement. Le plus petit n'avait aucun mal à se laisser faire, il aimait beaucoup... Et le plus grand semblait aussi apprécier ces moments.

Silencieux et craintif de la conversation qu'ils vont avoir, le jeune Mun ne quitte pas son aîné du regard, même s'il ressent suffisamment de honte pour vouloir s'enterrer. Honteux d'être aussi faible, de ne pas être capable de faire autre chose que de ramper sous les coups... Et d'être si idiot au point de croire que Chanyeol allait répondre à ses sentiments. Est-ce que le plus vieux allait il lui dire que ce qu'il ressentait n'était et ne serait jamais réciproque ? Sans doute... Sinon il ne l'aurait pas évité pendant tout ce temps... Même si Baekhyun était prêt à faire ce sacrifice pour ne pas perdre son ami, savoir que ses sentiments n'étaient pas rendu était assez douloureux. Le rejet n'est pas une chose à laquelle on peut s'habituer, peut importe le nombre de fois où il l'a été avec son père, et ses nombreux camarades/bourreaux.

Perdu dans ses pensées loin d'être joyeuses, le plus jeune reprend conscience de ce qui l'entoure lorsqu'un poids se fait sentir sur le matelas. Chanyeol venait de prendre place auprès de lui... C'était maintenant que ça allait commencer... Cette conversation à la fois tant attendue et aussi tant redoutée. Cependant, le stresse de Baekhyun s'évapore pendant quelques instants, lorsque son regard croise le sien. Un violent frisson prit vie dans son ventre, créant une multitude de papillons. La caresse de leurs ailes au plus profond de ses entrailles auraient pu le faire rougir de plaisir s'il n'avait pas été si plongé dans son regard. Il avait littéralement happé par le visage de son ami, tant et si bien que lorsqu'un contact s'opère contre la peau de sa joue, il ne peut s'empêcher d'être surpris et de sursauter. Il n'avait même pas vu son bras se lever !
Le sursaut du jeune loup aurait pu ressembler à de la crainte, si son regard toujours autant expressif n'exprimait pas en cet instant du bien être. Comme toujours, il suffit juste un contact entre lui et le plus grand, pour qu'il se sente bien, et en sécurité.

Lorsque Chanyeol prit enfin la parole, le coeur du plus jeune se serra violemment. Pourquoi avait-il aussi triste tout d'un coup ?... Il n'aimait pas le voir ainsi, tout comme il n'aimait pas le voir en colère. Le sourire lui allait tellement bien à lui. Un beau visage, beaucoup de charisme, et un coeur débordant de gentillesse et de joie de vivre. Tout son contraire... Alors il ne devait pas afficher un regard aussi triste...

Baekhyun comprit en l'écoutant. Il lui demandait de le pardonner... S'il voulait qu'il lui pardonne de s'être éloigné, alors il pouvait déjà se dire qu'il était pardonné depuis longtemps. Le plus petit n'est pas très doué en relations sociales, mais il comprend au moins un peu qu'il l'a prit au dépourvu en se déclarant.

« Je... Tu n'as pas besoin d'être pardonné... Et tu n'es pas un idiot... »

Il le pensait sincèrement.  Après tout, il l'a toujours protégé... Il est le seul à avoir remarqué sa présence, sa souffrance... Et même si au début Baekhyun le repoussait, refuser de le mêler à toutes ses tourmentes, Chanyeol a quand même réussit à rentrer dans sa vie.
Le matelas bouge encore. Ce qui veut dire que le plus grand aussi. Relevant le regard alors qu'il réfléchissait en tordant ses doigts, ses yeux braqués sur ses membres torturés, il croise de nouveau les yeux de son homologue.


Aucune paroles n'est soufflées. D'un côté comme de l'autre. Le plus petit qui est habitué à ce genre de silence est tout de même un peu mal à l'aise. Avant, Chanyeol était tellement bavard avec lui qu'au tout début, il se demandait si le jeune homme était normal, ou s'il était juste excessif avec lui. Il a supposé plus tard qu'il était normal.  Ses pensées s'interrompent lorsque la main qui le frôlait avec beaucoup de douceur se retire. Une sensation désagréable d'abandon l'étreint, supprimant brusquement tous les papillons qui s'amusaient à caresser son ventre de leurs ailes délicates. S'il était frustré ? Très certainement. En réalité, il l'est depuis que son aîné l'a touché ce fameux jour. Il aurait aimé sentir de nouveau ses lèvres contre les siennes, et ses bras autour de son corps... Il n'allait pas jusqu'à penser qu'il voulait réitérer leur dérapage commun... Bien trop timide pour même oser y repenser, ne serait-ce que juste une fois.

Le discours que lui sert Chanyeol fait l'effet d'une bombe dans le coeur du plus jeune. Pourtant il ne bouge pas d'un iota. Perdu, il ne savait pas trop comment prendre tout ce qu'il venait de lui dire en une traite. Il ne voulait pas le faire culpabiliser... Jamais il n'aurait cru que son ami était aussi atteint par son changement d'humeur... En même temps, ça lui ressemble bien. Beaucoup trop gentil et protecteur. Il aurait dû faire l'effort de faire comme si tout allait bien. Encore une fois, il n'avait pas pensé au bien être du plus grand... Lui au contraire semblait ne penser qu'à sa protection. Qui est-ce qui pensait au bien être de Chanyeol ? Subitement, Baekhyun se sentit encore plus fautif, et extrêmement triste. Finalement, ce qu'il devait faire s'imposait de lui même. Il savait.

Des larmes douloureuses s'écoulent de nouveau sur ses joues pâles. Mais il ne pleure pas pour lui... Il pleure pour Chanyeol. Depuis qu'il le connaît, quand est-ce qu'il avait fait quelque chose pour le plus grand ? Quand est-ce qu'il avait donné en retour ?... Pas une seule fois. Était-il juste un profiteur ? … Il ne s'en était pas rendu compte. Vraiment, il était juste une personne horrible. En fin de compte, il méritait ce qu'il lui arrive, tous ces coups, toutes ces insultes.

« Je... Non... »

Secoué par ce qu'il venait de découvrir, il tente de calmer ses sanglots, ses mains posées sur ses cuisses.

« Tu n'es pas obligé de répondre à mes sentiments... Tu as déjà fais beaucoup pour moi... Beaucoup trop. Et moi je ne t'ai jamais rien donné en retour... Je suis horrible et égoïste. »

Il avait beaucoup trop honte pour pouvoir croiser son regard encore une fois. Comment est-ce qu'il n'avait pas vu avant quelque chose d'aussi... Clair ? Il se dégoûtait lui même...

« Mais... Je ferais des efforts maintenant. Tu peux me demander n'importe quoi... Je le ferais. »

Malgré toute cette honte et cette douleur, il relève son regard, plongeant ses prunelles embrumées dans celle du plus vieux. Ses joues sont maintenant inondées au possible, et il ne voit d'ailleurs pas grand chose, si ce n'est le visage de Chanyeol dessiné grossièrement. Est-ce que sa faute pouvait être pardonnée si facilement ? Son ami lui avait demandé pardon, mais il n'était pas en faute...

Paroles de Baek : #F7F7F0

O'Daim

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Park Chan Yeol (EXO K)
Etude, emploi : Gestion commerciale, assistant d'un DRH
Chan Baek
Park Chan Yeol
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol Mar 2 Juin - 23:27

Life is not a fairytale ... Sure ?
Baek Hyun
Si je le touche encore, je crains de ne pas pouvoir contrôler ma soif d'être avec lui, de le ressentir sous mes doigts et d'entendre dans sa voix l'effet que je lui fais. Je vais certainement le vouloir tout entier, et revivre une expérience aussi délicieuse que la dernière, mais je ne dois pas. J'ai du mal à ne pas être moi-même et ne pas rester le Chan Yeol qui vit comme bon lui semble, sans se soucier des conséquences. Car avec Baek Hyun, c'est différent, je pèse chacun de mes mots, je ne parviens même plus à le regarder sans que mes pensées partent ailleurs, ou à le toucher sans que mon corps ne s'éveille. Je ressens toutes sortes d'émotions lorsque je suis avec lui, et j'en suis troublé, au plus au point.

Je suis perdu dans mes pensées, comme toujours, mais sa voix m'en sort bien vite. Je l'écoute, sa voix résonne dans ma tête comme une douce mélodie et je ne peux m'empêcher de me dire qu'elle m'a manquée. Terriblement, et je ne m'en suis même pas rendu compte. Si je pensais qu'il n'y avait que ses regards ou ses sourires qui me rendaient vide, je comprends très vite que tout de lui m'est vital. Comme si je devais absolument le voir tous les jours, et prendre quelques vidéos de lui lorsqu'il est seul, avec ce visage si doux et si paisible. Je voulais lui parler avant, lui dire combien j'étais désolé d'agir comme un abruti fini, mais je n'en avais même pas le courage. Je me sens bien nul et faible face à ce petit homme. En réfléchissant correctement, il a beau avoir un physique plus féminin, plus chétif, plus fragile, son mental est beaucoup plus fort que le mien. Il subit des injustices tous les jours, même si elles se sont calmées lorsque j'ai décidé de le protéger, et même son père détruisait sa vie. Pourtant, il est encore là, debout, et même s'il ne relève pas toujours la tête, il est encore en vie. Que serais-je devenu à sa place ? Je suis un lâche, je crois que je n'aurai même pas voulu d'un monde pareil autour de moi.

Malgré qu'il me dise que je n'ai pas besoin d'être pardonné, tout mon être se sent fautif de l'avoir blessé autant. Je prétends faire attention à lui, mais voilà deux jours que tous ces bourreaux recommencent à faire n'importe quoi. Et lui, ne dit rien. Je crois que c'est ce qui me met en colère. Je ne peux pas supporter le fait qu'on s'en prenne à lui, mais encore moins qu'il ne vienne pas demander mon aide. Certes, nous sommes en froid depuis une semaine et quelques jours, mais rien ne l'empêche de venir se plaindre. Il le devrait. Être énervé, frustré d'avoir une telle personne que moi dans son entourage mais non. Il est en train de me faire comprendre que je suis déjà pardonné. Comment ? Pourquoi ? Depuis quand ? Pourquoi mon cœur s'emballe-t-il rien que d'entendre ces mots de sa propre bouche ?

Je baisse les yeux sur mes cuisses, comme si le simple fait de voir mon jean bleu craqué était plus passionnant que mon protégé. Je le surnommais souvent ainsi avant que je n'agisse contre son père, bien que cette petite appellation n'a jamais franchi mes lèvres pour la lui adresser, je l'ai toujours pensé très fort et fréquemment. Il était mon protégé, mon petit rayon de soleil, la raison qui me faisait avancer. Aujourd'hui ? Je ne peux pas faire un pas devant l'autre sans l'avoir dans un coin de ma tête à me poser d'innombrables questions, auxquelles je n'ai souvent pas de réponses. Mais je ne peux pas le nier : il est toujours présent. Que ce soit dans ma tête ou dans mon cœur.

Le silence continuer de planer dans la petite pièce à demi éclairée, mais je décide quand même de voir son visage, même si je ne dois y jeter qu'un seul petit coup d’œil bref. J'en ai besoin. Maintenant qu'il est si près de moi, je ne peux pas l'éviter ou faire comme s'il n'était pas là. Je veux m'imprimer ses traits dans mon esprit, afin de ne jamais l'oublier. La vue qui s'offre à moi me déchire le cœur, ce dernier s'arrêtant, me coupant le souffle, me provoquant une énorme boule nerveuse dans le ventre. Finalement, je ne peux décrocher mes yeux. Là, juste devant mon nez, il pleure. Je me sens coupable, comme jamais je ne me suis senti ainsi et la lâcheté me donne envie de quitter la pièce. Je veux me défouler, courir, défoncer quelqu'un pour faire passer tous ces sentiments qui se bousculent. J'ai peur, je suis effrayé, je me mange l'intérieur des joues, en espérant me faire du mal. Je veux me pincer jusqu'à avoir un bleu, me mordre la lèvre jusqu'à ce qu'elle saigne, me cogner la tête dans les murs jusqu'à ce que je ne ressemble plus à ce monstre que je suis. Chaque larme qui coule de ses paupières est un coup de couteau dans mon cœur, et cela devient de plus en plus insupportable. Je l'ai rendu ainsi. Par ma faute, il est en sanglots. À cause de moi …

Il tente vainement de prononcer quelques mots, coupé par ses tristes pleurs qui ne cessent de le faire tressauter. Je ne veux pas le voir comme ça. Tout ce que je souhaite, c'est le regarder et remarquer qu'il a des étoiles dans les yeux, qu'il va bien et que plus rien ne nuit à son bonheur. Or, je suis une grosse barrière dans cette affaire, et je ne sais même pas comment faire pour que tout change.

Ses paroles suivantes me ravagent. Il n'a absolument rien compris. Ce n'est pas que je ne peux pas répondre à ses sentiments, c'est juste que je suis trop lâche pour éclaircir le sujet. Découvrir que j'aime un homme, me l'avouer et le crier haut et fort sont des choses totalement différentes, et je comprends enfin ce que ressentent certaines personnes. Si l'homosexualité ne m'a jamais dérangée chez les autres, aujourd'hui, je me demande comment vont me regarder les gens après avoir allumé ma lanterne et enlevé les toiles de poussière dans mon cerveau. La conclusion que je peux en tirer, c'est que si je ne le viole pas en public, personne ne pourra se douter que nous nous aim … Que … Qu'il y a une probabilité pour que nous soyons plus proches que des amis.

Baek Hyun ne se rend pas compte de tout ce qu'il m'apporte au quotidien. Il m'a offert une vraie vie, un second souffle, la possibilité de me poser et me réfléchir à tout un tas de choses. Je n'aurai jamais imaginé vivre avec quelqu'un. Je suis beaucoup trop solitaire et indépendant pour vouloir un jour me mettre en colocation. Et pourtant, le choix a été vite fait, je n'y ai même pas pensé à deux fois avant d'en faire la demande à mes supers parents et de les convaincre. Eux, ils ont seulement cru que j'acceptais enfin leur richesse et que je devenais avare, comme eux. Mais ils n'ont rien compris non plus. Ils ne connaissent même pas leur propre fils, et c'est franchement décevant.

Je ne saurai pas vraiment expliquer ou lister tout ce que je ressens pour lui, pour ce petit ange, mais une chose est sûre, je tiens énormément à lui. Tellement, que je ne me vois plus rentrer dans cet appartement trop spacieux sans apercevoir sa silhouette, ou encore, m'endormir sans pouvoir fixer pendant de longues minutes son corps et écouter sa respiration régulière, jusqu'à ce que Morphée vienne m'attraper. Je ne peux plus m'imaginer sans cette obsession de le savoir en bonne santé et tranquille dans un coin en train de lire, ou manger quelques biscuits ou une pomme. Je n'y arrive pas. Je n'y parviendrai jamais.

Je ne suis plus vraiment ce qu'il dit, mais je sais qu'il est en train de me faire comprendre qu'il renonce à ses sentiments. Mes sourcils se froncent. Il n'a pas le droit. Pas après avoir foutu un bordel pas possible dans mon cœur, mon corps et mon esprit, non, je l'en interdis. Je pince mes deux lèvres ensemble nerveusement, alors que mon regard ne le lâche pas. Je suis en colère. Comment peut-il seulement être si faible face à ce genre de sentiments ? Il ne doit pas les laisser de côté juste pour essayer de se faire pardonner. Je sais qu'il se sent coupable, mais ce n'est pas à lui que j'en veux. C'est à moi-même, et quoi qu'il dise, il n'a absolument rien à se reprocher. Il a été sincère et franc avec moi. Tout ce que j'ai trouvé à faire fut de l'éviter et de ne plus lui adresser la parole, parce que j'avais peur, et que je suis toujours effrayé. Je dois surpasser tout ça. Je n'ai pas peur d'être malheureux, c'est justement parce que je suis persuadé que je trouverai le bonheur dans ses bras, son regard, ses lèvres et son sourire que je suis déstabilisé. Comment lui faire comprendre ? Il ne doit pas abandonner, pas tout de suite … Pas maintenant que je commence à me prendre conscience de ce qu'il représente pour moi.

Je prends une grande inspiration, et peu importe si elle est bruyante, j'ai besoin de me donner du courage. Je lève lentement mon bras, et tout aussi délicatement, mes doigts effleurent la peau mouillée de sa joue. Je suis hésitant, et contraint de me forcer à appuyer mon geste pour ne pas paraître étrange. Je continuer de faire glisser ma main sur son visage, jusqu'à ce que mes longues phalanges touchent le début de ses cheveux. Je me focalise sur mon geste, et non sur son regard. Je ne veux pas déraper, et me jeter sur ses lèvres, par exemple. Je ferme alors les yeux, fuyant du mieux que je le peux cette situation, bien que je m'y enterre plutôt que d'en sortir. Je laisse alors mes quatre sens prendre le dessus sur la vue que je n'ai plus, et me contente de caresser de mon pouce sa pommette. Je tente d'essuyer l'humidité qui mouille sa peau, mais bien trop rapidement, mon doigt ne sert plus à rien, aussi trempé que ses joues.

Aveuglément, mon autre main se faufile sur la jambe de Baek Hyun, remontant son tibia, son genou, sa cuisse pour enfin toucher mon but : sa main tremblante, si petite comparée à la mienne. Je survole la peau que je découvre sans la voir du bout des doigts, avant de lentement glisser ces derniers entre les siens, laissant alors le temps à mon protégé de s'enfuir si jamais il le souhaite. Mais il ne bouge pas. Je continue alors mon chemin sur son visage, touchant son oreille, les montagnes que forme son cartilage, avant de rencontrer ses cheveux doux et lisses. J'y plonge ma main sans hésitation, mais toujours aussi tendrement. Je parviens rapidement, peut-être trop, à l'arrière de sa tête, descendant ensuite jusqu'à sa nuque que j'empoigne sans force, sans brusquerie. Je n'ouvre pas une seule fois les paupières, ma lâcheté semble être moins pesante ainsi, et je veux savoir jusqu'où je pourrais aller si je me laisse encore porter par mes sentiments. Je cesse de réfléchir, et décide d'écouter mon cœur. Guidé par ma main sur sa nuque, je m'approche avec appréhension de son visage, n'étant plus capable de reculer devant cette douce pression qui oblige mon cerveau à agir en conséquences. Son souffle chaud vient alors rencontrer le mien, mes lèvres entrouvertes, tant je manque d'air, tellement mon cœur pompe le sang dans mes veines à une vitesse folle. Je m'arrête en chemin, le temps de prononcer quelques mots dans un murmure presque désespéré.

« Ne t'interdis pas l'amour quand il est à porté de main … »

________

Paroles Chan Yeol : #474546

O'Daim




Revenir en haut Aller en bas
http://overdose.forum-gratuit.net
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol
Revenir en haut Aller en bas

Life is not a fairytale... Sure ? ft Chanyeol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Song Linh Đan - life is not a fairytale
» — bring me to life
» Life in UCLA
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Overdose :: Overdose, beautiful city :: Munhwajeog-in-gu :: Campus universitaire-