AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 
Inscriptions closes jusqu'à nouvel ordre

Partagez|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Lun 18 Mai - 20:45
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME


Cette semaine, on m'a demandé un service. Enfin il m'a demandé un service. J'en étais content, entre la supérette et le sport, qu'est-ce que je m'ennuie de mes journées... Il m'a donné rendez-vous pendant l'après-midi, me payant le verre, où il m'a exposé la chose. Apparemment, un loup jouerait aux espions. Cela dure depuis quelques mois déjà. Il y aurait un loup qui s'amuse à suivre des membres de la famille, ce qui les embête de plus en plus. C'était un Mun, ils sont certains. Ça ne m'a pas étonné. Il agirait le soir, rôdant près des endroits que les Sungs fréquentent. Il suivrait plus particulièrement le chef de famille, Sung Hee Jung. Il ne manque pas de culot, celui-là... Il me l'a décrit, et m'a demandé qui cela pourrait être. J'ai haussé les épaules. Sa description était vague, elle pourrait convenir à n'importe quel loup ou humain. Même la forme de loup me paraissait banale. Ce serait un loup blanc. Les loups blancs ne manquent pas chez les Muns. Quoi qu'il en soit, la mission qu'il m'a donné était claire : retrouver ce loup, et le neutraliser si possible. Le « si possible » a piqué ma fierté, lui répondant avec zèle que ce loup ne verra plus le jour. Visiblement, ce loup a l'air un peu suicidaire ; jeune, et il suit le chef, rien que ça. Je compte bien lui montrer qu'il n'a pas à foutre ses pattes là où ça ne le regarde pas.

Premièrement, le localiser. Il serait très mobile. Restant en forme humaine, mais bien couvert, j'ai déjà vadrouiller près des lieux où on l'aurait vu. Ça n'a rien donné, il n'y a plus de traces, plus d'odeurs, rien. Ce soir, je me suis débrouillé autrement : je surveillerai moi aussi les faits et gestes de Sung Hee Jung. Si c'est lui sa cible, je lui tomberai dessus à coup sûr.

Par conséquent, j'ai pris un canif avec moi rien que pour ce soir. J'ai un peu hésité avant de le ressortir de mon tiroir, caressant du bout des doigts la lame. Bon sang, je vais tuer un loup ce soir...je vais tuer l'un de mes miens...ce n'est qu'une étape pour me rapprocher des Sungs, peut-être l'étape ultime, mais je n'ai pas pu m'empêcher de frissonner en y m'imaginant égorger ce loup. L'idée m'avait excité quand il m'a donné cette mission, mais maintenant... Il faut que je dépasse ce stade. J'essayai de me convaincre qu'une fois qu'on en tue un, on peut en faire autant avec les autres, que de toute manière tous les loups sont mes ennemis à présent, et qu'ils vont eux aussi chercher à me tuer. « Ressaisis-toi, t'as quand même pas fait tout ça pour rien... » soupirai-je pour me donner du courage. Oui, ça m'arrive souvent de parler à moi-même, depuis que j'habite dans ces 12m². Après ce travail sur moi-même, je me suis grillé une clope immédiatement, attrapant les clefs pour sortir. Vêtu entièrement de noir des baskets jusqu'à la veste à capuche, en passant le jogging et le débardeur, auquel j'ai rajouté une chaîne dorée et assez fine. Il fallait être invisible pour l'avoir. Dans une poche, j'y ai glissé une petite miniature de parfum ; une astuce de loup pour camoufler temporairement son odeur aux autres. Une fois en bas de l'immeuble, je mis ma capuche en essayant de rentrer le plus de petites mèches blondes possibles.

Le soir venait de tomber. Hee Jung se trouvait encore à l'hôpital. Moi j'étais resté là, juste à côté de l'entrée, adossé contre le mur, attendant de voir ou sentir l'odeur d'un loup, tel un chien de garde. Je surveillais les portes de l'hôpital depuis environ trois bonnes heures. Je consumais tout seul mon paquet de malboro, j'en étais bientôt à court. Par précaution, je portais aussi des lunettes de soleil oversize pour ne pas être reconnu. Et puis il est sorti. Le chef est sorti de l'hôpital. Nous nous sommes souris. Je ne sais pas vous, mais je trouve que tous les Sungs ont une prestance sans pareille...quand ils marchent, quand ils parlent, tout est parfait chez eux. Il se rendit au parking pour retourner chez lui en voiture. Pas difficile de suivre une voiture en ville ; elles avancent toutes au ralenti à cause des limitations de vitesse et des bouchons. Montant la garde une seconde fois, mais aux portes des Sungs, je me doutais de ce que le chef allait faire. Les bruits courent qu'il serait un amoureux des animaux.Ces rumeurs sont certainement vraies, puisque je le vois ressortir avec deux chiens. Je m'éloigne un peu, ma nature de loup a tendance à alarmer ces petites bêtes. Je les laisse prendre de l'avance. Je ne fais que surveiller leurs arrières.

Quelques minutes plus tard, le vent m'amène l'odeur d'un loup. Pas de doutes, c'est un Mun. Ils ont à peu près tous la même odeur, et je la connais très bien. C'est le soir, il n'y a plus un chat dans la rue à part les promeneurs de chiens et les mecs louches comme nous. Son odeur nous suit, mais elle ne s'intensifie pas. Cela veut dire qu'il garde la même distance que nous. Il guète lui aussi. Je tourne à la première ruelle qui se présente à ma droite. Le but est de le prendre par derrière. En marchant, je remis du parfum dans la nuque et jetai la miniature sur le trottoir.

Lui et moi n'étions plus qu'à 10m. De dos, il était jeune comme on me l'a décrit. Mais trêve de bavardage : je devais agir vite avant que ça se remarque. J'en sortis mon canif. En quelques pas rapides, je l'attrapai brutalement par la gorge, lame contre peau, avant de le plaquer violemment contre le mur. Le souffle court, près de son visage, j'étais prêt à lui cracher des menaces.

Une minute...ce visage, ce ne peut être...non !! J'ai dû le fixer pendant une bonne minute avant de le lâcher brusquement et de me reculer dans un élan de rejet total. Je n'en croyais pas mes yeux...c'était bien lui l'espion suicidaire des Muns... ?  Comment est-ce possible... ? Comment a-t-on pu le laisser faire... ? Pourquoi lui et pas un autre... ? Je ne comprenais pas, c'était absurde qu'il se trouve là ! Heureusement que je me suis tus, heureusement que je ne lui ai pas fait entendre ma voix, et heureusement que j'aie gardé lunettes et capuches. Mais j'ai quand même des doutes sur le fait qu'il m'ait reconnu. Je me sentais à la fois si honteux et si confus. Pendant un instant, j'étais partagé entre prendre la fuite et lui faire la leçon, complètement frappé de stupeur...pour finalement opté pour la première option. Rangeant illico cet objet de malheur en reculant encore d'un pas, je lui tournai les talons pour prendre la poudre d'escampette. Bon Dieu, mais qu'est-ce que j'ai fait...




Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mar 19 Mai - 1:24



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Ce soir je terminais tard, mon dernier cours avait été mon cours de langue, l’anglais, rien de bien trop difficile, seulement si mademoiselle Yang ne nous avait pas donné un exemple de thèse sur lequel nous devions étudier afin de nous préparer pour l’année suivante. Je soupirais déjà d’avance alors que je n’y avais même pas encore jeté un coup d’œil. Les études n’étaient vraiment pas mon fort, j’étais beaucoup plus contraint à le faire qu’à avoir du plaisir. Lorsque je sortis du bâtiment il devait être aux alentours d’un peu plus de vingt heures, la nuit venait tout juste de pointer le bout de son nez, alors on pouvait commencer à apercevoir dans ce ciel clair quelques timides étoiles scintiller faiblement. J’observais la route, les passants, ils semblaient tous pressés de rentrer chez eux, auprès de leurs familles, entourés des gens qui les aiment et chérissent. Quelque part je les enviais, non pas que je n’étais pas aimé de mes parents, mais parce qu’après une dure journée de labeur ils étaient libérés, l’esprit au calme, en sécurité chez eux, sans se soucier de pouvoir perdre la vie à n’importe quel moment. Très peu d’humain se soucié de ce détail, comparé à nous.

Je continuais d’avancer tranquillement, marchant lentement presque avec le regard perdu dans le vide, parmi cette foule qui ne cessait de s’agrandir à chaque minute qui s’écoulait. Les gens pressaient le pas, parce que oui avec les embouteillages qui se formaient de plus en plus, il allait être difficile de rejoindre chacun son chez soi. Je prenais mon temps, de toute évidence personne ne m’attendait chez moi.  Il me fallait prendre le bus, même si le métro était beaucoup plus rapide, mais bien plus bondé à cette heure-ci. En réalité je n’avais pas envie de rentrer chez moi, je voulais encore vagabonder dans les rues d’Overdose, m’y éterniser toute la nuit ne m’aurait pas non plus posé un problème.

Je tournais dans une rue lorsque soudainement je sentis que quelqu’un se rapprochait à grand pas de moi. Par réflexe je me tournais automatiquement pour faire face à l’inconnu. Un grand homme aux alentours des 1m85, blond, robuste et métissé me dévisageait de la tête aux pieds. Qu’avait-il ? Pourquoi me regardait-il de la sorte ? Avais-je quelque chose d’étrange ? Avait-il deviné que j’étais un loup pour me regarder ainsi ? Je reculais d’un pas, restant sur mes gardes. Non, même un Sung n’aurait pas tenté de prendre ce risque. Il s’avance alors plus près de moi, jusqu’à une certaine proximité, son visage à quelques centimètres du mien, il me regarde droit dans les yeux avant de me sourire et de me tendre une carte. Je fronce les sourcils mais ne fis rien. Il insiste alors jusqu’à ce que je me décide de la prendre du bout des doigts. Qu’est ce que cela pouvait bien être ? Je lis alors à voix haute.

« Manageur Kim, agence de mannequinat recrutement pour Grazia. »

Grazia ? Si je ne me trompais pas c’était un magazine pour lequel de grandes célébrités posées. Pourquoi venait-il m’aborder dans ce cas ? Cela était louche. Voyant que je ne lui donnais pas de réponse il m’expliquait en détail pourquoi il était à la recherche de nouveaux visages et par la même occasion me racontait son parcours. Je le regardais perplexe, était-il seulement sérieux, ou bien se moquait-il de moi. J’avais bien envi de lui dire de me regarder de nouveau avant de me reproposé cette offre. Et pourtant je ne bronchais pas, après tout il ne faisait que son boulot, je ne voyais pas pourquoi je l’enverrai balader. Il semblait vouloir encore plus insister et je sentais qu’il ne me lâcherait pas de si  tôt si je ne lui disais pas que je réfléchirais à son offre. J’hochais de la tête, puis m’inclinais avec tout le respect avant de lui dire que je le rappellerais demain pour lui donner une réponse.

Je ne fis pas plus attention à lui, et m’en allais déjà au loin, j’empruntais une rue sur ma droite, puis tournais dans une petite ruelle. Il était maintenant 21 heures passé, et cette fois-ci la nuit avait recouverte toute la ville, nous baignons dans l’obscurité total. Ce type m’avait trop retenu, je n’avais même pas vu l’heure passer. Je laissais entendre un soupir avant de continuer dans cette rue trop sinistre mais qui m’éviterait de faire un bien grand détour.

J’avançais sans même m’imaginer l’ombre d’un quelconque risque. Je n’avais rien sur moi pour me défendre, mais à vrai dire je n’en avais pas réellement besoin. Je continuais de pénétrer cette ruelle, les écouteurs portés à mes oreilles, la musique à fond j’avais totalement baissé ma garde, je ne m’étais pas douté un seul instant qu’on viendrait s’en prendre à moi. Je me retrouvais en un rien de temps bloqué de dos contre le mur sans comprendre ce qui était en train de se passer. En même temps dans la foulé une lame de couteau vint se déposer contre ma gorge, m’obligeant à m’immobiliser, totalement à la merci de mon agresseur. J’aurai pu facilement m’en défaire, mais ne le fit pas et observais juste.

Il me plaqua contre le mur, je pouvais ressentir tout son poids s’appuyer contre mon torse. Son visage se rapprocha du mien. Je ne parvenais pas à identifier mon agresseur, car camouflé sous cette longue capuche noire qui recouvrait toute sa tête et les lunettes de soleil qui m’empêchait de croiser son regard il m’était totalement possible de m’en faire une idée.

Alors qu’il avait été agressif il y a quelques secondes de cela il s’était à l’instant de retenu, comme s’il semblait étonné. Mais de quoi ? Il avait relâché son attention, et si j’avais voulu m’enfuir c’était bien le meilleur moment pour moi de le faire, pourtant je ne bronchais pas. En réalité je n’avais pas à le faire puisqu’il s’était décidé de lui-même de me lâcher et de reculer. Mes sourcils s’étaient froncés sur mon pauvre crâne qui laissait apercevoir des plis. Je fus surpris de sa réaction, mais me sentis plus en confiance à présent libéré de son étreinte.

Je le voyais me tourner les talons, alors que je le regardais partir. Je ne sais pas pourquoi et comment, mais mon corps entier se lança à sa poursuite. J’avais la sensation que quelque chose se tramait derrière tout ça. Pourquoi alors qu’il s’apprêtait à m’agresser s’était-il arrêté sur le champ ? Pourquoi en ayant aperçut mon visage s’était-il retenu ? Était-il au courant que je n’étais pas un humain ? Pourtant je semblais normal, comme tout le monde, alors quelque chose me fit douter.

Je pressais le pas, l’empoignant par le bras sans lui faire du mal, le forçant à me faire face et me regarder de nouveau. Il me fallait voir son visage.



© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Ven 22 Mai - 1:11
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME


Me voilà dans de beaux draps...comment aurais-je pu imaginer qu'il s'agissait de lui, Se Hun ? Il n'avait pas autre chose à faire qu'à traquer les Sungs ? Comme les études, ou ce genre de choses ? Mais peut-être qu'on l'a contraint...quoi qu'il en soit, j'aurai préféré que ma cible soit n'importe qui sauf lui. Ce meurtre, je m'y étais préparé sur une semaine. Que ce soit mental, physique, matériel, je m'y étais préparé afin de tout donner ce soir. Mais rien ne se passe comme je l'avais prévu...ce petit moment de faiblesse m'en empêche. Le cœur battant, je me repassais son visage. Il avait juste l'air d'un jeune homme choqué par son agresseur. Je peux le comprendre...où m'étais-je tromper ? Et si l'espion n'était pas lui... ? L'idée me terrifiait. Me tromper de cible pour tuer mon dongsaeng...quelle horreur...

Mais je n'eus pas le temps de penser à autre chose qu'on se saisît de mon bras. La pression n'était pas forte, mais ça a suffit pour avoir un nouveau moment d'effroi. Oh non, ce ne serait pas un agent de police... ? Je me suis lentement retourné. Il est encore là ?! Je me recule d'un pas instinctivement. Pourquoi tu restes là ? Pourquoi tu ne t'en vas pas au courant ? Toi le grand courageux qui m'a défendu il y a deux ans...c'est déplacé de ma part de dire ça, mais j'ai quand même été surpris qu'il ne réagisse pas aux coups que je recevais. A présent, l'un en face de l'autre au bout de deux ans de séparation, je ne sais pas quoi lui dire...et je ne pense pas qu'il va me rendre ce que je viens de lui faire. Je reconnais qu'il me manque, mais je ne peux pas lui dire grand chose sur moi...

Je ne peux plus m'enfuir, c'est trop tard. Il me retiendrait dans la seconde qui suit. Je pourrais prendre ma forme de loup, mais il me reconnaîtrait instantanément. Je pourrais lui parler en masquant un minimum ma voix, mais ce serait d'un ridicule...on les entend direct les mecs qui prennent des voix graves pour se vieillir. Puis Se Hun m'entendrait très bien au bout de deux mots... Je ne peux plus faire marche arrière, je rends les armes. Aussi, je pris la parole en premier d'une voix blanche, tourné de trois quart vers lui. « Quoi ? Désolé, je me suis trompé. » Ce qui doit être très vrai. Je vois mal Se Hun allait prendre des risques pour...pour je ne sais quoi. Il est très famille, autant que moi il y a deux ans, mais peu téméraire. On ne lui confierait pas de grandes missions pour le moment. Je me suis trompé, j'ai été nul, et je me suis fais prendre, c'est tout.




Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Ven 22 Mai - 18:32



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Hallucinais-je ? Ou avais-je bien entendu ? Non ce n’était pas possible, comment cela pouvait-il l’être ? Ce type qui avait essayé de m’agresser avait la même voix que hyung, mon hyung, celui qui est censé être décédé il y a deux ans maintenant, alors comment ? Non je devais avoir rêvé, ce ne pouvait être possible. Il me fallait lui ôter ses lunettes et sa capuche pour en être certain. Je devais m’assurer que ce n’était pas hyung, pas lui, il y avait 0% de chance que ce soit lui, et pourtant je persistais à croire que derrière ces lunettes qui recouvraient ses yeux, cette sombre et énorme capuche qui recouvrait presque tout son visage c’était lui, Hyun Bin. Mes yeux s’écarquillèrent de crainte, je devais même sûrement légèrement trembler sur place. Je me forçais à croire qu’il était possible que quelqu’un d’autre avait la même voix que lui, c’est vrai après tout cela pouvait être possible. Je le dévisageais de haut en bas, essayant de chercher une quelconque ressemblance, mais à vrai dire il m’était bien difficile du à l’accoutrement qu’il portait. J’espérai très fort que je m’étais trompé, je crois bien que je ne sais pas comment je réagirai s’il s’avérait que ce soit bel et bien lui.

Je ne devais pas m’emballer, je devais contrôler mes émotions et le faire encore parler afin de m’assurer que j’avais premièrement bien entendu, ensuite seulement j’agirai. Sans même le vouloir faire exprès je resserrais cette pression autour de son bras, et certainement je devais lui faire un peu mal. Lorsque je m’en rendis compte je le lâchais brusquement et tente d’apercevoir à travers la fine paroi ses prunelles.

« Tu te fous de moi ? Tu viens limite de m’agresser et tu penses repartir tranquillement ? »

J’essaye de jouer sur la menace, peut être que le mettre en rogne m’aiderai à y voir plus clair. Et puis si mes doutes ne sont pas confirmés, je ne vois pas pourquoi je craindrais un humain, il me sera facile de l’arrêter. Il ne pouvait être un sorcier, autrement il ne se serait pas retenu, un loup non plus, et je suppose que ces autres créatures dont j’ai entendu parler se seraient encore moins retenues de m’égorger. Alors si c’était vraiment lui ?

Je ne parvenais plus à réfléchir correctement, à penser clairement, sans qu’une autre idée ne vienne envahir mes pensées, et brouiller toutes les idées précédentes. Je me donnais moi-même le tournis.

« Pourquoi camoufles-tu ton visage? Il n’y a vraiment que les lâches dans ton genre qui agissent ainsi quand ils ont l’intention d’assassiner quelqu’un. »

C’est vrai non ? Je continuais d’essayer de faire monter la tension, le provoquer jusqu’à ce qu’il cède. Je ne pouvais pas me jeter sur lui comme ça, et lui arracher ce qui couvrait son visage. Il ne fallait pas non plus qu’il prenne la fuite, alors la seule idée que j’eue à l’instant fut de le provoquer.  Pourvu qu’il joue dans mon sens et qu’il finit par céder. J’avais bien l’intention de faire tomber tous mes doutes.

Hyun Bin, est ce vraiment toi ? Si oui, pourquoi me fuis-tu dans ce cas ?


© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Dim 24 Mai - 21:02
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME


Il ne comprenait rien à ce qui lui arrive...c'était clair. Caché derrière mes lunettes, je n'en croyais pas non plus mes yeux. Je m'étais préparé à revoir des Muns d'une manière ou d'une autre, mais pas à le revoir, lui... Je sais très bien qu'il en est un, mais quand bien même mes parents pouvaient me mettre la pression pour que je continue à le fréquenter par moments, l'affection que je lui portais dépassait nos statuts. Que je lui portais...non, je lui en porte toujours, je crois...je ne sais plus. Je ne sais pas quoi lui dire, ni comment me comporter normalement face à lui. J'ai fait trop de choses qui pourraient le mettre hors de lui, et je viens d'aggraver mon cas sans m'en rendre compte ce soir... Je voudrais tant déguerpir d'ici, mais Se Hun me retient fermement par le bras, me faisant assez mal d'ailleurs. Alala, mon petit dongsaeng ne sait toujours pas maîtriser sa force après tout les exercices que je lui ai fais faire...quoique, dans l'immédiat je dirais qu'il a régressé.

Hein ? Qu'est-ce qu'il vient de me dire, là ? Il ne me laisserait pas partir comme ça, hein ? Je me mis à le regarder plus fixement, partagé entre le rire et l'envie de lui faire ravaler ses mots. Hum, hum, même si lui et moi nous ne nous sommes plus revus depuis un bail, à mes souvenirs je reste le plus fort d'entre nous deux. Ne me prenez pas pour un vantard, c'est vraiment objectif. Depuis toujours je le dépasse en taille, en âge, et en force puisque je m'entraîne depuis plus longtemps que lui. La preuve, c'est même moi qui lui ait fait partagé mon expérience par le passé. J'ai toujours eu des choses à lui apprendre. Il est forcément plus faible que moi. A mon avis, c'est toujours le cas. Je ne vois pas comment en deux ans il aurait pu atteindre mon niveau. Je lui tout simplement répondu avec dédain, piqué de sa prétention.

« Qu'est-c'tu racontes ? T'es facile à avoir. »


Je ne pense pas que c'est avec ça que je vais lui faire peur, mais au moins ça le fera descendre de ses grands chevaux.

Mais il en rajoute, en plus. Sur le moment je me trouvais déconcerté, ne comprenant pas ce qu'il me cherche. Se Hun, qu'est-ce que tu me fais, là ? Tu tiens vraiment à te battre ? Visiblement, il tenait vraiment à se battre, mais à la loyale...donc à visage découvert. Non. Pas question. Je sais très bien que Se Hun est quelqu'un de droit, mais je ne veux rien entendre. Sa remarque m'énerve rapidement. Moi lâche ? Certainement pas. Je me saisis de son bras violemment pour qu'il me lâche, et le repousse immédiatement dans la foulée en lui criant.

« Fous-moi la paix et retourne chez ta mère ! » Malgré moi, je continus, pris de colère. « Qu'est-ce que ça peut te faire ? Avec ou sans ça, qu'est-ce que ça change ?! Laisse-moi et fous le camp maintenant ! »

Intérieurement, je me déteste...jamais je ne lui ai parlé comme ça à mon pauvre dongsaeng. C'est vrai que lui non plus ne m'a jamais provoqué comme il l'a fait, mais il ne méritait pas ça....bon, je pouvais être content d'avoir réussi à ne pas l'insulter. Je parle correctement en général, mais Se Hun sait combien je peux être grossier quand je m'énerve. Même si je jouais beaucoup avec elles, certaines humaines m'ont fait piquer des crises de colère imaginables. Crises que je lui faisais toujours partager au téléphone très tard le soir. Désolé Se Hun, mais je compte bien préserver mon anonymat face à toi...je n'ai pas envie de l'admettre, mais j'ai dû me griller tout seul à hurler dans cette rue déserte au beau milieu de la nuit.











Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mar 26 Mai - 16:37



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Je voyais son regard se braquait sur ma personne, et je sentais que mes propos ne l’avaient pas plu. Il me donnait l’impression qu’il allait dans les secondes qui viennent me faire regretter mes paroles, peut être même un peu trop provocatrices. Je ne sais pas à quoi j’allais m’attendre, alors je préférais rester sur mes gardes, reculant d’un pas en arrière. Il ne pouvait être qu’un humain, je ne souhaitais tout de même pas lui faire du mal, et encore moins qu’il comprenne que je ne suis pas un humain ordinaire parmi eux. Aussi étrange que cela pouvait le paraître il me donnait de plus en plus l’impression qu’il était mon hyung. Sa voix, encore, résonnait dans mon esprit, malgré la sévérité et le ton employé, elle était la même. Encore et encore. Pourquoi diable ne voulait-il ôté ses lunettes et cette capuche ? À visage découvert cela aurait été plus simple, à moins que ce ne fût simplement lui. Impossible, et pourtant.

Comment pouvait-il savoir d’avance qu’il aurait largement le dessus si nous devions être amenés à nous battre ? Était-il juste trop arrogant, bien sûre de lui, confiant de sa force ? Qu’est ce qui le faisait croire ça ? Je fronçais simplement les sourcils suite à sa réponse de mon étonnante provocation, tandis que je le voyais déjà agripper mon bras qui saisissait le sien et le rejette dans une violence compréhensible. Pourquoi ce type essayait-il de s’échapper alors qu’il avait l’intention de m’égorger ? Qu’est ce qui l’a poussé à se retenir ? Trop de questions, comme à chaque fois, mais je ne pouvais pas me permettre de le laisser filer comme ça, alors qu’il avait éveillé mes soupçons.

C’est alors qu’il se mit à hurler de colère de le laisser tranquille, et ne m’épargne pas en même temps de me cracher à la figure toute la haine qu’il ressentait dû à mon obstination. Et pourtant je ne lâchais pas, je persistais à continuer jusqu’à qu’il finisse par céder. Il m’aurait été bien évidement facile de m’emparer de ses lunettes mais je ne voulais pas le faire, je préférais qu’il le fasse de lui-même. Si c’était vraiment hyung, si vraiment il n’était pas mort alors bien que je me rappelle de son corps en train de baigner dans ce sang rouge vif, ce n’était donc pas à moi de le découvrir par moi-même, mais bien lui qui devait se décider de m’en montrer la preuve nette. Bien que quelque part en réalité je le forçais la main.  

« Je ne te laisserai pas partir. Pas tant que tu n’auras pas ôté ces lunettes et cette capuche. »

Avais je dis d’un ton déterminant. Je me doutais que mes paroles ne l’atteindrais pas aussi fortement que je l’espérais, alors je décidais de lui poser un ultimatum. Je m’étais mis en tête que ce type pouvait être hyung, que les soupçons qu’il avait éveillé en moi me poussé à croire que c’était lui. Et pour ça, rien que pour cette raison je ne pouvais le laissé m’échapper.

« Si tu n’as rien à te reprocher, pourquoi continus-tu de te cacher ? »

Je jouais sur les mots, sur notre passé, nos souvenirs, et avec un peu de chance j’espérais sincèrement qu’il finisse par céder à la tentation.


© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mar 26 Mai - 19:56
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME


Il m'énerve, je l'aime beaucoup, mais qu'est-ce qu'il m'agace ! Bon, j'ai conscience que je m'énerve tout seul parce que je crains d'être découvert, mais pourquoi faut-il qu'il insiste ?! Je sais qu'il n'a pas la langue dans sa poche, mais de là à courir des risques...je n'ai vraiment pas de chance. Voilà qu'il en rajoute. Il ne voudra pas me lâcher jusqu'à que je lui découvre mon visage. J'en serre les dents. Mais comment faire pour m'en dépêtrer... ? Sérieusement Se Hun, tu n'as pas des examens ? Des contrôles, des choses comme ça pour le lendemain... ? Bref, tu dois avoir autre chose de plus important que de traîner dans les rues avec des types louches !

Mince, je suis pris au piège. Il vient de trouver la faille. Je ne peux m'empêcher de me mordre le coin de la lèvre inférieure. Si, j'ai quelque chose à me reprocher...et même beaucoup de choses. Ma rage redescend d'un coup, laissant place à la honte. Se Hun, tu n'as pas à savoir tout ça...par tous les dieux, garde ta vie normale. Mise à part la gêne qui grandit en moi, qu'est-ce que je peux bien lui répondre... ? Jouer les cailleras ne sert plus à rien, je viens de perdre toute assurance. Je peux inventer une excuse, mais quoi... ? Quoi... ? La panique m'envahit. J'ai totalement perdu le contrôle de la situation, il peut me faire dire ce qu'il veut...je ne peux que lui répondre sous le coup de la pression, mais advienne que pourra...même si d'un autre côté, je brûle de tout lui avouer, tout lui raconter ce que j'ai vécu en deux ans passés loin des loups.

« Parce... » Loupé. Les mots ont voulus sortir, mais il n'y a rien eu derrière. Je recommence, mais sur le ton le moins convainquant du monde. « ...parce qu'il fait froid...pas vrai ? »

C'est dans ces moments-là que j'ai envie de me tuer. Porter capuche et lunettes parce qu'il fait froid, ou l'excuse la plus pourrie que j'ai pu sortir de ma vie...et je t'ai sorti ça d'une voix tellement blême, ça fait pitié. En plus, je t'ai argumenté ça en rentrant mes mains dans les poches de ma veste, le regardant toujours. Si Se Hun savait que je suis effectivement un loup, il m'aurait charrié pendant des heures. Mais que ce soit un loup ou un humain, personne ne me pendrait au sérieux...ma réponse est tellement débile, c'est affligeant comment je m'enfonce tout seul. Et pourquoi pas lui proposer une clope tant qu'on y est ? Quitte à être médiocre, allons-y jusqu'au bout !


Mais il y eut une légère brise d'air qui amena une odeur de mon côté. Je me fige. C'est celle du chef des Sung. Il doit revenir sur ses pas pour prendre un raccourci. Il est dans une autre ruelle, proche de la nôtre. J'ignore s'il va venir là où nous sommes, mais j'en panique d'avance. Se Hun et Sung Hee Jung...oh non, non. Je baisse un peu la tête, regardant vers le sol, et je porte ma main à ma nuque, encore d'autres gestes qui traduisent ma nervosité et qui lui sont familiers. Je soupire, tentant vainement de me rattraper.

«  C'est compliqué, tu vas avoir des ennuis...pourquoi ça te tracasse autant ?  »

L'odeur revient. Certes, ce n'est pas comme si Sung Hee Jung se trouvait au coin de la rue, mais entre sa présence et celle de Se Hun, je suis pas mal stressé... J'ai bien envie de nous prendre et de nous mettre ailleurs. Enfin de compte, je lui lâche avec dédain.

« Et sinon, t'as pas des parents qui t'attendent au lieu de parler aux inconnus ? »

Si je me souviens bien, il habitait encore chez ses parents avant ma « mort ». Je ne pense pas qu'il les ait quitté. Ils s'entendaient bien, et puis...j'imagine qu'il a eu besoin d'eux plus que jamais après l'avoir quitté. Cette pensée me noua la gorge. Le pauvre, j'ai dû le faire pleurer pendant des nuits et des nuits...






Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mar 26 Mai - 23:06



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Aucune crédibilité. Sa voix et ses mots le trahissaient complètement. Il ne savait plus quoi dire, et j’eus l’impression qu’il avait lâché les premiers mots qui lui étaient passés à l’esprit. À présent je n’avais presque plus aucun doute, je pourrais mettre ma main à couper que c’était lui, Hyun Bin, mon hyung, ce grand frère que j’ai aimé toute ma vie, et encore même aujourd’hui. Pour qui je continuais de me lever, me battre chaque jour, afin de le venger. Il m’avait tout appris, il m’avait aidé, soutenu dans « cette » période plus que pénible, et je m’en rappelle encore. Je l’aimais et l’admirais. S’il n’avait pas été là, j’étais certain que je n’aurai pas été le même qu’aujourd’hui. J’aurai certainement été détestable, sans cœur, ignorant, sauvage ou pire. Je lui devais énormément, alors quelque part j’espérais au plus profond de mon cœur que ce type face à moi, qui a tenté de me tuer, n’était pas mon hyung. Faites que j’ai eu tors, faite que ce ne soit pas lui.

Sans même m’en rendre compte je m’étais avancé un peu plus en sa direction, et voulu lui attraper le bras, mais lorsque je le vis se figer sur place, je m’arrêtais nette, et me figeais à mon tour. Je l’observais alors en silence et remarquais qu’une lueur de crainte parcourait ses prunelles. Très vite l’inconnu se met à baisser la tête et se frotter le cou. Il semblait cette fois-ci embarrassé, mais de quoi ? Était-ce à cause de moi ? Le m’étais-je mal à l’aise ?  Je n’en dis tout de même pas moins, et laissait faire, jusqu’à ce qu’il m’avoue le fond de ses pensées. J’eus l’impression qu’il avait lu en moi. J’allais rencontrer des ennuis ? Je me demandais de quoi il parlait, mes sourcils sur mon pauvre front s’étaient froncés. Je ne voyais pas où il voulait en venir, me menaçait-il ? Si nous devions nous battre maintenant, si c’est ce qu’il préférait au lieu de me laissé découvrir son identité, alors soit. Si c’est ce qu’il cherchait vraiment, il ne me laissait pas le choix.

« Parce que … »

Je n’eus pas le temps de finir ma phrase qu’il me coupait déjà la parole en gardant toujours ce même air. Il le faisait réellement exprès, et je finis par lâcher un soupir, lassé de cette situation qui tournait de plus en plus au ridicule. J’avais des parents oui, mais personne ne m’attendait chez moi, cela faisait déjà un moment que j’avais quitté le domicile familial et que je m’étais installé en ville, seul, commençant ma vie d’étudiant. Pourquoi cherchait-il autant à fuir ? Comment pouvait-il croire que j’allais le laissé s’échapper après ce qu’il venait de faire ? Quelle personne serait assez stupide pour agir ainsi ? Certainement moi. N’importe qui aurait prit la fuite, soulagé qu’on lui épargne la vie. J’étais le seul fou, qui tentait de rattraper mon agresseur, je devais être aussi stupide que lui au final.

«  Parce que je sais qui tu es. »

Finissais-je par lâcher. Je n’étais pas totalement certain, mais il y avait au moins 50 % de chance que ce type était hyung. Je ne pouvais plus patienter, et préférais me jeter à l’eau. Avec cette remarque j’espérais avoir attiré encore plus son attention, et qu’il finisse par lâcher le morceau. Il s’était déjà trahit une première fois, pourquoi pas une seconde ?

Je m’avance alors en sa direction et l’attrape de nouveau par le bras, l’obligeant à me regarder droit dans les yeux, bien que je ne pouvais être certain qu’il le fasse à causse de ses grosses lunettes qui m’empêchaient de le voir. Mes mains s’agrippent alors à son pull et décident de ne plus le lâcher.

« Pourquoi continus tu de cacher ton identité ? Pourquoi m’as-tu menti tout ce temps ? Hyung. »

J’allais certainement trop loin, et s’il s’avérait que ce n’était pas lui, je devais alors me faire passer pour un fou, mais qu’importe. Autant continuer comme je l’ai fait jusqu’à présent. Il me fallait alors attendre sa réaction. Ne me fait plus languir d’avantage hyung, avoue toi vaincu.



© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mer 27 Mai - 22:05
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME


Comme si je n'étais pas assez dans le pétrin, il fallait que le chef soit dans les parages. Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à sortir ce soir ?! Je ne pouvais pas tomber plus mal, ce n'était pas possible. Je devais agir vite avant que ce ne se produise une malheureuse rencontre...mais vraisemblablement, mes membres ne voulaient pas bouger d'ici. J'étais figé sur place à cause de ma gêne et de la honte. Bien sûr, je me doutais que je le reverrai un jour dans des circonstances particulières, mais je n'ai pas imaginé une seule seconde que ce serait aussi tôt... Anxieux, je lui ai effectivement coupé la parole. Je n'aime pas faire ça, mais je sentais que ça allait partir dans de grandes discussions jusqu'à pas d'heures, ce que je ne veux pas. Je veux couper court à tout ça. Maintenant. Lui faire peur, lui être désagréable, bref tout pour le faire partir. Et puis, peut-être allais-je en savoir un peu sur ce qu'il est devenu...je m'intéresse toujours à lui.

Ce qu'il vient de me dire me pétrifia. J'en eus un sursaut, le dévisageant avec intensité derrière mes lunettes. Mes lèvres s'étaient entrouvertes sous l'effet du choc. Non...non, dites-moi que ce n'est pas vrai...comment il a fait... ? Question complètement idiote vu tout ce que je lui ai dit, mais qui m'était tellement incompréhensible sur le moment. Ma voix s'étrangla dans ma gorge dans un « Qu-quoi...? ». Impossible de parler clairement. J'étais pris, j'étais fait...en deux ans de cavale, c'est bien la pire chose qui devait m'arriver. Mon cœur se mit à battre la chamade, lui aussi apeuré d'avoir été pris sur le fait. J'étais littéralement sans voix. Je ne faisais plus aucun mouvement. J'attendais presque le mot de la fin qui m'achèvera...soit, mon nom...oh non, s'il arrive à prononcer mon nom...je ne réagissais même pas à ce qu'il me faisait. Je le laissais faire sans broncher, me tenant fermement dans ses mains. Même rapproché ainsi, je ne le quittais pas du regard. Il pouvait faire ce qu'il voulait de moi, je n'avais plus aucune force, aucune volonté, rien...j'ai été découvert, tout est perdu à présent...

Pas de doutes, il m'a bien reconnu...hélas pour moi. « Hyung » m'a sorti de ma torpeur. Grand frère. Oui, je me souviens bien. J'ai toujours été comme un grand frère pour lui. Et c'est en tant que grand frère que je devais me ressaisir. Calmement, je pose ma main sur son épaule pour le faire un peu reculer.

« Calme-toi. »


J'avais beaucoup pris sur moi pour lui reparler normalement, même si le ton de ma voix était encore affectée par le choc. Par précaution, je jetai un regard à droite et à gauche, craignant qu'il arrive. Son odeur était partie. Puis tout en gardant mon sang froid, je pris l'initiative de retirer enfin mes lunettes oversize et d'abaisser ma capuche, lui faisant (re)découvrir mon visage et mes cheveux. Vois, Se Hun. Je n'ai pas changé, ou presque. Rangeant mes lunettes dans une poche intérieure, je levai les yeux sur lui. Ça me faisait tellement bizarre de le revoir sans vitres noires et d'aussi près...éloigné aussi longtemps de lui, je ne pouvais m'empêcher de le scruter avec une certaine émotion. En cet instant, je ressentais un profond sentiment de mélancolie. Se Hun, ce n'est pas qu'un ami, il représente aussi une période heureuse de ma vie...une période qui me paraissait si lointaine, mais qui se trouvait là, juste devant moi. J'eus envie de me jeter contre lui, de le prendre dans mes bras et de lui dire...à quel point tu m'as manqué, mon tendre petit frère. Oui, il y avait aussi beaucoup de tendresse dans mon regard.

Lorsque je repris la parole, j'ignore combien de temps nous avions pu passer à nous regarder comme deux chiens de faïence. Je lui fis un petit sourire, encore gêné de la situation.

«  Ouais c'est moi, t'es malin mon grand... » Je baisse le regard. Je suis assez content de le revoir, mais je n'en mène pas large. Je bredouille. « Désolé. C'est vraiment, vraiment compliqué... »

Je relève les yeux sur lui, assez craintif. C'est bien la première fois, tiens...sérieusement, je crains vraiment ce qu'il va me demander. Aussi, je pris un ton moins grave dans un nouveau sourire, assez amical.

« Alors, qu'est-ce que tu fais dans la rue à cette heure-ci ? T'as pas trop changé » Je peux m'empêcher de rajouter frivolement. « Et non, je ne suis pas encore mort comme tu le vois. »

Celle-là, j'aurai pu l'éviter. Mais je n'avais pas envie de rentrer dans le sujet, juste de dédramatiser la situation. J'essayais de faire comme si de rien n'était, comme si j'avais toujours été vivant, comme si j'avais toujours été blond, comme si nous nous étions jamais quittés. J'ai conscience qu'un mort-vivant est apparu devant lui. Et puis...je n'ai pas envie de le mettre au courant de tout ça. Je ne veux même pas réfléchir à comment je vais lui exposer les choses. Nous n'aurions même pas dû nous revoir, tout ça arrive trop tôt...et j'ai tellement, tellement peur de ce qu'il peut penser de moi. J'ai tellement peur de ce moment où il va voir que je ne suis plus le Hyung qu'il a connu...derrière le sourire que je lui offre, mon cœur étouffe sous la contrainte et la culpabilité.




Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Ven 29 Mai - 2:27



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Il hésitait, les mots prononcés n’étaient pas du tout convaincants, et j’étais persuadé que mes paroles l’avaient touché. Il devait désormais avoir compris que je l’avais reconnu. Il n’y avait plus aucun doute, sa voix s’était trahit tout en même temps que ses propres paroles. J’étais certain que c’était hyung, il n’y avait quasiment plus de doute. Je serrais alors mon étreinte contre la sienne, agrippant avec plus de force son haut entre mes mains. Une lueur d’espoir s’était alors allumée dans mes prunelles, faisant scintiller mes pupilles. J’eus presque envie de pleurer rien qu’à l’idée de savoir que cette personne face à moi, ne pouvait être autre que hyung. Hyun Bin. Bien trop concentré, espérant croiser ses prunelles je n’avais pas remarqué qu’une de ses mains s’était posée sur mon épaule. Seulement lorsque le son de sa voix percuta mon esprit, je frissonnais légèrement. S’avouait-il vaincu ? Allait-il enfin se décidé à me montrer son visage ?

Petit à petit je finis par desserrer, puis libérer complètement ma proie prisonnière de mon étreinte. Mes yeux s’étaient écarquillés tout en même temps qu’il rangeait ses lunettes dans la poche de sa veste. Je ne venais pas à en croire mes yeux, jamais je ne me serais imaginé une seule fois que mon hyung était toujours en vie. Qu’il n’avait jamais été mort, que son cœur battait toujours, alors que je l’avais pourtant vu se sacrifier à ma place, baigné dans son propre sang. Comment se faisait-il donc qu’il était là devant moi, qu’il a tenté de m’assassiner, et qu’il cherchait à me fuir ? Me cachait-il seulement quelque chose ? Pourquoi tant de mystère ? N’avais-je jamais rien signifié pour lui ? Est-ce que notre passé, amitié, fraternité n’avaient pas compté pour lui ? Hyung, pourquoi, pourquoi ? Il me devait des explications, je ne le laisserai pas s’enfuir tant qu’il ne m’aura pas expliqué les raisons qui l’ont poussé à agir aussi étrangement.

Ma bouche s’était entre ouverte, et j’avais certainement du laissé entendre d’étranges sons qui lui prouvé combien j’étais sous le choc. Mes mains s’étaient également mises à trembler, et je n’arrivais plus à contrôler mes émotions beaucoup trop fortes.  

«  Ouais c'est moi, t'es malin mon grand...  Désolé. C'est vraiment, vraiment compliqué...»

Les larmes, seules, coulaient le long de mon visage, s’échappant de mes pupilles humides et submergées par cette trop grande vague d’émotions. Je ne pouvais plus les contenir, il me fallait relâcher toute cette pression et doutes qu’il avait réussit à installer en si peu de temps. Je voulais courir et me placer entre ses bras, le serrer tellement fort contre ma poitrine jusqu’à même étouffer, et en même temps frapper son torse de mes poings, le haïr pour m’avoir fait souffrir ces deux dernières années. Il ne pouvait pas s’imaginer à quel point je m’étais détesté pour ne pas avoir réussit à le protéger, et je m’en étais encore voulu bien après l’accident. Mais plus maintenant. Comment avait-il pu me faire ça ? Moi, Se Hun, son petit frère. Mon cœur se serrait encore plus contre ma poitrine rien qu’en pensant qu’il m’aurait totalement ignoré si je ne lui avais pas forcé la main. Je commençais à croire qu’il ne m’avait jamais considéré comme un être cher, et que tout n’était que subterfuge.

Nous nous échangions plongés dans un long silence des regards, appréciant seulement ces retrouvailles, mais surtout parce que d’innombrables questions devaient nous traverser l’esprit. Je ne me sentais pas bien, j’avais envie de vomir sans doute du au stress et à cette plus qu’étonnante nouvelle. Je tentais de fermer les yeux afin d’apaiser mon cœur et mon esprit qui continuaient d’être secoués avec trop de teneur. Il ne devait pas parler, s’il prononçait ne serait-ce qu’un seul mot, je sentais que mon cœur allait exploser.

« Alors, qu'est-ce que tu fais dans la rue à cette heure-ci ? T'as pas trop changé. Et non, je ne suis pas encore mort comme tu le vois.  »

Il me brisa intérieurement. Comment pouvait-il agir comme si rien ne s’était passé ? Comme s’il n’était pas censé être décédé. Un sentiment de colère et de déception envahirent mon corps entier, je ne savais plus ce que je devais penser, ni même croire. Il était allé trop loin, et ses dernières paroles avaient été de trop, suffisantes pour m’achever. Je n’avais pas envie de lui répondre et baissais alors seulement la tête, mes yeux s’étant soudainement mis à fixer mes baskets blanches.

« N’est ce pas trop égoïste ? »

Avais-je finis par lâcher, toujours avec la tête baissé. Ces mots étaient sortis naturellement de ma bouche, je ne m’en étais pas d’ailleurs rendu compte sur le moment. J’étais profondément blessé, et je n’étais pas même sûre de pouvoir lui pardonner aujourd’hui. Ni demain, ni même dans les jours à venir.



© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Ven 29 Mai - 20:36
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME




Oh non...moi qui ne voulais pas le faire pleurer, c'est raté. D'un autre côté, Se Hun est de nature émotive. Me revoir aurait pu difficilement se passer de larmes. C'était trop lourd pour lui. Je le comprenais. Je dois avouer que j'avais aussi le cœur serré rien que de le revoir. Contrairement à ce qu'on peut penser de moi, je suis aussi quelqu'un de sensible, sauf que je ne pleure jamais. Mon dongsaeng ne versait pas des torrents de larmes, mais ça m'attriste d'en être la cause. Je voulais le prendre dans mes bras, et le consoler autant que je le peux, comme j'ai fait plusieurs fois auparavant. Mais je n'ai pas bougé. J'ai honte, vraiment honte. Honte de m'être fait découvert, honte de me l'avoir à nouveau en face de moi après tout ce cinéma d'il y a deux ans... Je sais qu'il faut assumer ses actes, c'est ce que je fais au quotidien. Mais l'avoir ici, en face de moi, c'est comme connaître mon jugement dernier...ou il veut renouer notre amitié, ou il veut en mettre fin. Cette soirée allait se terminer sur sa décision. Seulement, je suis partagé sur la question...d'une part, je souhaitais profondément renouer avec lui ; d'autre part, si jamais je me mettais à le refréquenter, j'aurais beaucoup de problèmes à l'avenir. Je ne serais plus crédible aux yeux des Sungs, ni même aux yeux des autres loups d'Overdose. Mais depuis deux ans, mon petit frère ne m'a jamais autant manqué...

Sa question me perturba pendant un instant. Mince, j'étais aussi stressé que lui, je n'avais même pas remarqué combien il était mal à l'aise...mal à l'aise physiquement, je veux dire. Il me semblait assez pâle, mais ça ne l'empêchait pas de penser. Moi égoïste ? En y repensant, c'est vrai que j'ai surtout agi en mon intérêt. Mais j'ai surtout agi au nom du devoir, ce qui a forcément un côté nombriliste. Je m'étais repris à cette pensée, mais sans sourire. Je persisterai toujours à penser que j'ai bien agi, même si lui ne pouvait pas comprendre à cause de ses origines Muns. Mais je le vois qu'il a besoin de réponses. J'aimerais tellement tout lui raconter, ne serait-ce que pour le convertir un tout petit peu. Il allait falloir que je prenne beaucoup sur moi pour faire le tri, et le lui exposer calmement. Je repris la parole, beaucoup plus calme à présent.

«  C'était plus difficile que tu ne le croies. Avant tout ça, j'avais déjà des ennuis, mais je ne pouvais pas t'en parler. »

Mince, faut pas que je m'attarde trop là-dessus, il va s'offusquer que je lui aies cachées des choses avant ma ''mort''. Des ennuis, c'était vite dit. Mon seul ennui était que j'avais un ami Sung, ce qui est sacrilège quand on en a un autre qui est un Mun. Mais c'était un demi-mensonge, parce que dans l'absolu je ne courais aucun danger. Mon amitié avec lui pouvaient rester tapie dans l'ombre indéfiniment sans que quiconque soit au courant. Dit comme ça, j'ai trop dramatiser les choses. Il va s’inquiéter et me presser d'en dire plus. Je repris de suite dans une inspiration.


«  Je ne peux pas t'en dire plus, mais sache que j'ai été plus contraint qu'autre chose... » Encore un demi-mensonge. Tout ça je l'ai voulu, mais j'ai aussi subi ma propre action. Le regardant toujours droit dans les yeux, je lui rajoute avec une réelle chaleur dans la voix et une lueur tendre dans les yeux. «  Tu es mon petit frère, comment pourrais-je me séparer aussi facilement de toi ? »

J'étais sincère. Il y a deux ans, me dire que je vais quitter tout le monde, mes parents, mes amis, mon dongsaeng, m'a pris beaucoup de temps. Je le lui avais dit. C'est pourquoi nous avions mis du temps avant de mettre notre plan à exécution. Je remettais toujours ce départ au lendemain. Je n'étais jamais prêt, j'avais toujours besoin de contacter X ou Y avant de commencer, il râlait, puis je remettais ça la semaine prochaine. Au bout d'un moment, j'ai enfin sauté le pas, avec toutes les conséquences qui ont suivies. J'ai vraiment pensé à toi pendant les premiers temps. Je m'étais réellement inquiété ; te savoir seul, endeuillé, et sans conseils d'un plus âgé m'avait rendu malade. Et moi-même je me retrouvais seul, sans toi mon frère et mon meilleur ami...ce fut très dur. Moi aussi j'ai appris à faire mon deuil de toi.

Mais mon sens du devoir me rappelle à l'ordre. J'étais très content de le revoir, mais il ne fallait pas que je m'éternise avec lui. A nouveau, je jetai un coup d’œil sur les côtés. Personne. Pour le moment. Je le regarde avec plus de sérieux.

«  Ecoute-moi, tu ne devrais pas rester ici. » Je continue, plus bas et plus insistant. «  Je ne sais pas si c'est vraiment toi qui a fait ça, mais il y a des personnes qui cherchent à te tuer. Heureusement que tu aies tombé sur moi. »

Ça c'est bien vrai...lui m'a demandé de m'en charger, mais il doit y en avoir d'autres qui ont été convoqués pour éliminer ce gêneur. C'est stupide, mais il fallait que je le prévienne et que je le protège dans la mesure du possible. Toutefois, je ne pouvais pas le laisser filer comme ça ; lui, la première personne à savoir que je suis encore en vie. Il fallait vraiment que je reprenne la maîtrise de ça, ou je serais vraiment perdu...il faut que j'aborde ces choses sérieuses avec lui, même brièvement. Je le pris par les deux épaules, moi-même pris de nervosité.

« Rentre chez toi, je peux surveiller tes arrières pour cette fois. Mais surtout, ne dis à personne que tu m'as vu...tu signerais vraiment ma mort. »

Pitié Se Hun, fais ce que je te dis même si la situation est bizarre, et même si tu as sûrement pleins de questions. Je sais que je te dis des choses inquiétantes, mais je ne t'en dirai pas plus...






Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Sam 30 Mai - 15:57



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Ces mots me brisaient littéralement le cœur, il m’attendrissait avec ses dires, essayant de me convaincre qu’il n’avait pas eu le choix, et que contrairement à ce que je pensais s’il avait eut le choix, jamais il ne m’aurait fait subir cette atrocité. Le « petit frère » spécialement m’avait fendu le cœur, il savait parfaitement qu’en rassasiant nos souvenirs, cette proximité que nous avions eu ensemble il m’aurait dans ses filés, totalement livré à sa merci. Il n’aurait même pas eu besoin de chercher mille et une excuses que je me livrai à lui, totalement désemparé, faible. Il essayait de se défendre du mieux qu’il le pouvait, jouant sur la crédibilité, avec sincérité ou non. Mais même ses paroles n’arrivaient pas à me dissuader de mon doute, et mes peurs. Savait-il au moins combien j’en avais souffert ? S’était-il seulement demandé une seule fois ce que je pourrais ressentir s’il mettait son plan en marche ? Non, bien sûre. Ce soir là, ce 25 décembre, le jour de noël, il y a deux ans, j’ai bien cru que je vivais mes derniers instants, que je quitterai ce monde sans même avoir pu dire au revoir à mes parents, et à lui, mon hyung que j’aimais et admirais tellement. La peur s’était emparée de tout mon être, mes jambes tremblées, mes yeux s’étaient tellement arrondis et remplis d’eau, que les larmes elles même coulaient toutes seules, j’étais assis sur ce sol froid et terreux, replié sur moi-même, mes jambes contre ma poitrine, mes bras venant encercler celles-ci. J’espérais simplement très fort que quelqu’un me vienne en aide, mais retiré là où nous étions je savais parfaitement que même si je me mettais à crier personne ne m’entendrait. Alors je m’étais simplement résigné à mourir lorsque je vis le Sung pointer sa lame tranchante imprégné de mon sang au dessus de mon crâne qu’il essuyait de sa langue, semblant savourer cet instant d’attente qu’il faisait perdurait pour son simple plaisir. J’ai alors fermé les yeux et enfoui mon visage à l’intérieur de cette chaleur que j’avais bâtis de mes bras, lorsqu’une ombre fila à vive allure venant creuser un fossé entre le sorcier et moi. Lorsque je le vis, je ne pus m’empêcher d’éclater en sanglot. Hyung, mon hyung était là, il était là pour moi. Je m’étais toujours demandé comment il l’avait su, mais je m’étais résigné à penser qu’une sorte de connexion nous liée, que nous n’avions pas besoin d’être sous notre forme de loup pour communiquer même à distance. Il y avait cette chimie entre nous, comme deux âmes sœurs.

Et quand bien même il s’était interposé, l’avantage ne lui était pas de son côté. Le Sung avait largement le dessus, les plaies, le sang, et les bleus qui couvraient son corps entier le prouvé amplement. J’eus envie de me lever, d’aller me battre, le défendre comme il l’avait fait pour moi. Prendre mon courage à deux mains et me dire que je ne devais pas fuir, pour lui, pour hyung. Et pourtant je n’avais pas bronché, ne bougé non plus, la peur continuait d’habiter mon corps et mon esprit, m’empêchant d’agir comme je le voulais. Alors quand je le vis tomber à terre, pour la dernière fois, lorsque ses forces l’eurent abandonné et qu’il ne pouvait plus se relever sur ses deux jambes bien trop amochées, mon cœur s’était brisé en mille morceaux. Une affreuse douleur venait s’en emparer d’un coup, avec une telle pression que mon cœur n’eut pas le temps de s’y habituer complètement. Je suffoquais, avais du mal à respirer correctement, et les larmes perduraient à perler sur mon visage invalide. Le meurtrier s’en était tout de suite après aller, prenant la fuite comme n’importe quel coupable. Il aurait également pu en finir avec moi, mais il ne l’avait pas fait. Pourquoi ? Était-ce la question que je m’étais toujours posé, ainsi il aurait pu étouffer tout type de preuves.

Je ne savais plus quoi penser, je ne savais pas si je devais le croire, lui accorder cette confiance que je lui avais toujours accordé. Pourquoi ne me donnait-il simplement pas les raisons qui l’ont poussé à agir aussi égoïstement ? Hyung, pourquoi ? Pourquoi ?

Je ne tardais pas plus à m’éterniser dans mes pensées lorsque je l’entendis alors me confier que les Sungs désiraient ma mort. Je n’étais pour être honnête pas étonné, je m’attendais à ce que ce jour arrive tôt ou tard. J’avais trop fouillé dans leurs affaires, et continuais encore aujourd’hui, comme je l’ai toujours pensé, je devais certainement paraître dans le top des personnes qu’ils cherchent à éliminer. Je commençais à leur être de plus en plus une gêne. À qui la faute ?

Je fermais simplement les yeux, et simplement me rappelais les mots qui m’avaient interpellé. J’avais donc eu la chance d’être tombé sur lui ? Ses paroles me rappelèrent combien il m’avait trahit durant ces deux dernières années, et qui sait s’il ne l’avait déjà pas fait alors quand bien même nous nous côtoyons. Comment après ça pouvais-je continuer à le croire, et faire comme s’il ne m’avait jamais trahit ? J’étais profondément blessé, et encore bien que plus maintenant. Je ne pouvais tout simplement pas rentrer chez moi, et faire comme si rien ne s’était passé ce soir. Le faisait-il exprès ou quoi ?

« À qui la faute ? »

Je marque un temps d’arrêt.

« Ma haine envers les Sungs s’est accentuée encore plus lorsque je t’ai vu gisant dans ton propre sang hyung. Si je risque autant ma vie, pour qui crois-tu que je le fasse ? »

Il fallait qu’il le sache, je devais lui dire la vérité, lui avouer les raisons qui m’ont poussé à agir aussi imprudemment et avec autant peu de responsabilité. Il en était la cause principale.

« Tu m’as trahit. »

Finissais-je tout en baissant la tête vers le bas. Je ne pouvais pas lui faire face et lui dire tout en même temps, je craignais sincèrement que mes larmes ne coulent de nouveau sur mon visage meurtri. Jamais je n’aurai pensé un jour lui dire ça, jamais je n’aurai cru que notre amitié finirait ainsi. Je me sentais encore plus trahit que lorsque le jour père m’avait conté l’histoire, et le conflit qui perdurait dans le temps entre les loups et les sorciers. J’étais terriblement déçu et blessé.


© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Lun 1 Juin - 19:53
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME



Mes paroles le touchaient, mais pas de la manière dont j'aurais voulu. Je voulais vraiment essayer de le consoler un minimum, mais je n'y parvenais pas...son visage laissait transparaître une sorte de douleur longtemps refoulée. Je n'avais pas besoin d'un dessin pour comprendre de quelle douleur il s'agissait. Il ne devait pas comprendre pourquoi, n'étant pas décédé le 25 décembre, je n'étais pas retourné vers lui. Et il devait en éprouver tellement de tristesse et de déception...que je peux parfaitement comprendre. Nous étions liés et soudés comme les deux doigts de la main. Il n'y avait pas un jour sans que l'on soit sans nouvelles de l'un ou de l'autre. Même quand je ne pouvais pas le voir à cause des examens ou de lui, Se Hun avait toujours un message de ma part. Nous ne pouvions pas nous passer de l'un de l'autre. Et j'avais toujours besoin de savoir ce qu'il faisait, s'il avait besoin d'un conseil, de réconfort, de s'amuser, ou autre. A présent, il devait être profondément déçu de moi, et j'en suis tellement désolé...ça me fait mal. A le voir plongé dans ses pensées, je me doutais bien qu'il devait fouiller dans ses souvenirs, cherchant n'importe quel indice de mon sauvetage miraculé...mais il se fatigue pour rien. Lui et moi avions tout calculés l'avance pendant des mois. Rien ne laissait suspecter ma résurrection.

Par contre, ça m'inquiétait de le voir sans réaction lorsque je l'ai prévenu. Se Hun, tu m'as bien écouté ? On veut ta mort, on veut ta peau, ce n'est pas rien. Je sais bien qu'Overdose est truffé de gens pas nets, dont je fais partie, mais là tu es concerné !


« A qui la faute ? »

Je le lâche instantanément à sa question, le fixant avec confusion. Sincèrement, je ne comprends pas ce qu'il veut me dire. Les Sungs veulent sa peau, mais il a l'air de m'en faire le reproche...je ne comprends où il veut en venir. Je ne pus m'empêcher de lâcher un « Hein ? » de perplexité. Oui, j'ai divulgué beaucoup de choses aux Sungs, mais pas grand chose à proprement parlé sur Se Hun. De tout ce que je leur ai dis, et tout ce que j'ai fait, je ne vois pas pour quelles raisons ils auraient à viser mon dongsaeng. Jusqu'à récemment, Se Hun ne représentait qu'un Mun parmi d'autres pour eux. Vraiment, je ne vois pas du tout où il veut en venir...

« Ma haine envers les Sungs s’est accentuée encore plus lorsque je t’ai vu gisant dans ton propre sang hyung. Si je risque autant ma vie, pour qui crois-tu que je le fasse ? »

Il a éclaircit ma lanterne. Sa haine des Sungs, je la connaissais très bien. Avec du recul, je sais aussi qu'elle est très infondée. Mais il me révéla autre chose, quelque chose que je n'aurais jamais soupçonné venant de lui...non, ce n'est possible, il n'aurait pas essayé de me chercher... ? Il m'a fallu un temps pour le réaliser. Je me mis à le dévisager, n'en croyant mes oreilles. Dongsaeng, tu t'aurais mis les Sungs à dos rien que pour moi... ? Rien que pour me retrouver... ? Je n'en revenais pas. Mais qu'a-t-il cherché à faire exactement... ? Oh non Se Hun, pourquoi il a fallu que tu te mêles à tout ça...

« Tu as vraiment pris autant de risques...juste pour moi ? »

Je me sentais à la fois si touché et si honteux. Lui que je connaissais si timide, jamais je ne me serais douté qu'il prendrait les devants un jour, et surtout sans moi. Avant d'entreprendre que ce soit, il a toujours fallu que je lui ouvre la voie. Après ma "mort", je pensais qu'il aurait simplement repris sa vie normale, avec juste moi en moins. Je n'en revenais qu'il ait réussi à couper le cordon ente nous pour se lancer à ma recherche, quitte à y laisser sa vie. D'un côté, je pouvais être fier de lui, mais de l'autre je n'ai rien vu de ce qu'il a fait, et ça m'empêchait de m'en réjouir. Surtout en sachant pour qui j'ai œuvré dans son dos...lui qui a dû soulevé des montagnes juste pour moi.

« Tu m'as trahit. » lâcha-t-il.

Ses mots me décomposèrent, éteignant mon visage. Oui, c'est vrai, je t'ai trahi...je ne pouvais que le reconnaître. Je l'avais fait en toute conscience, mais je n'avais encore jamais entendu explicitement ce fait. Jamais le mot « trahison » ne m'était passé par l'esprit, mais plutôt ceux du « devoir », « obligation »...et bien entendu son nom. Ça me faisait mal d'entendre ça de sa bouche, et encore plus de savoir qu'il n'avait pas tort... Je ne lui répondis pas de suite, le cœur alourdi par le poids de la culpabilité. Mais c'est parce que je savais que j'avais choisi les Sungs à la place de sa famille. Lui devait juste évoquer le fait que je me sois juste séparé de lui. Je pouvais reprendre le contrôle de la situation. Au bout d'un instant, je pris une inspiration et lui répondis le plus calmement possible avec une voix basse.

« Oui, et j'en suis désolé, petit frère. Comme je te l'ai dit, je ne pouvais pas faire autrement. Mais rien n'empêche de se revoir à présent. »

Je lui fis un petit sourire amical à ma dernière phrase. Oui, je suis un grand optimiste. A cet instant, j'étais sûr qu'on pouvait renouer notre amitié mais en cachette. J'aime vraiment mon petit frère, rien n'a été plus dur que de me séparer de lui...chose où j'ai eu moins de mal avec ma propre famille. Ce n'est pas que je ne l'aimais pas, mais je me sentais infiniment plus proche des Muns que des Kangs. Même si je n'avais pas de frères et sœurs biologiques, j'avais bien des cousins, mais je n'ai jamais partagé quelque chose avec eux.

« Rien ne t'empêche de me rejoindre. » lui dis-je droit dans les yeux, très sérieux.

Oh oui Se Hun, rejoinds-moi, rejoinds-moi parmi les Sungs. Même si tu ne sais pas encore avec que je suis avec eux, je peux t'assurer que tu ne le regretteras pas. Je n'avais pas envie de lui dire tout de suite pour les Sungs, au risque de l'horrifier et de me fuir définitivement...mais ouais, l'idée de le convertir à mes idéaux m'exaltait.






Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mar 2 Juin - 15:31



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Je l’observais, perplexe semblait-il. Il me donnait l’impression que jamais il ne se serait douté que tous les efforts que je fournissais,  que je m’efforçais à cette chasse aux sorciers n’étaient autre que pour le venger. Plus le temps s’écoulait, plus les années défilaient, plus j’avais la sensation que mes recherches ne me mèneraient pas de si tôt au meurtrier. Seul Ha Neul avait entendu parler vaguement de ce meurtre parmi tant d’autres. Il devait se renseigner pour moi, m’obtenir des informations, et peut être que par chance j’allais obtenir des indices, mais pour l’instant il n’avait pas trouvé grand-chose. J’avais finis par désespérer, mais il était hors de question que j’abandonne. Je ne comprenais pas sa réaction, comment ne pouvait-il pas s’imaginer que je ne me lancerai pas à la poursuite de son meurtrier ? Pensait-il que cela n’aurait pas d’importance ? N’étions-nous pas suffisamment proches pour croire que je laisserai filer l’assassin comme si rien ne s’était passé ? J’avais peur certes, mais la haine avait le dessus, bien plus que la peur. Sa remarque avait suffit pour me sentir embarrassé et déçu. J’avais la sensation de ne pas compter pour lui, ou bien peu.

Après toutes ces années sans répit, je finissais par croire pendant un bref instant que tous ces efforts fournis avaient été inutiles, il n’avait pas perdu la vie, il était bel et bien vivant, il m’avait mentit, trahit, il ne s’était même pas pris la peine de prendre en compte mes sentiments, et j’imaginais que toutes les autres personnes de son entourage ne l’avaient pas été non plus. Mais pourquoi ? Pourquoi s’était-il enfuit ? Pourquoi nous a-t-il mentit ? Pourquoi a-t-il rejoint le camp des Sungs, nos ennemis ? Pourquoi, pourquoi ? Il ne me l’avait pas dit explicitement, mais je devinais que c’était le camp qu’il avait choisit, sinon pourquoi aurait-il monté ce coup avec un Sung ? À moins qu’à eux deux ils n’avaient monté un gang pour ensuite l’élargir ces deux dernières années. Je ne savais plus quoi penser, je ne savais pas si je devais le croire non plus. Il avait totalement bouleversé mon esprit. Hyung, pourquoi ? Avait-il était enrôlé par quelqu’un ?

Lorsqu’il ouvrit la bouche et que ses paroles percutèrent mon esprit, je restais bouche bée. Il était navré, et souhaitait qu’on se côtoie comme nous l’avons toujours fait. Était-il simplement sérieux, ou bien se moquait-il de moi ? Il m’avait ignoré pendant deux ans, et seulement maintenant, après que je découvre qu’il est en réalité vivant, il aimerait que tout redevienne comme avant, s’il avait été si inquiet et s’il avait tellement voulu me rencontrer de nouveau il n’aurait pas attendu jusqu’à maintenant. Qu’est ce qui l’avait tant retenu ? Non, je ne pouvais désormais nous permettre de nous voir comme nous nous étions toujours vu ; comme deux frères. Pas tant qu’il ne m’aura pas donné toutes les raisons qui l’ont poussé à agir aussi bizarrement. J’avais mal, j’étais en train de suffoquer en silence.

« Rien ne t'empêche de me rejoindre. »

Je crois que mes yeux s’étaient arrondis sur mon visage qui avait du se crisper tout en même temps. Le rejoindre ? Comment, pourquoi, quand ? Le rejoindre dans quoi ? Chez les Sungs ? Jamais de la vie. Comment pouvait-il me demander ça alors qu’il ne m’avait donné aucune explication ? Je me demandais ce qui l’avait poussé à changer de camp, bien qu’il fasse partit de base d’un clan neutre, pourquoi un changement si soudain. Avait-il rencontré quelqu’un qui lui avait bourré le crane, ou bien était-il tombé dans un piège qui l’a forcé à agir peut être contre sa volonté ? Je me posais tellement de questions auxquelles je ne reçu aucune réponse, que je finis par en avoir mal au crâne. J’aurai préféré rester ignorant de tout, j’aurai préféré ne pas le croiser ce soir, mais peut être était-ce notre destin ? Peut être que nous étions destinés à nous revoir. Je me mordais légèrement la lèvre inférieure tout en perdant mon regard dans le vide. Je n’arrivais toujours pas à me rendre compte de ce qui se passait. Il fallait que je me réveille de ce cauchemar. Il me devait des explications, il ne pouvait pas me laisser ignorant de tout, et encore moins après ce qu’il venait de me dire. Je fronçais les sourcils et plongeais mon regard dans le sien, à mon tour j’essayais de lui faire transparaître toute ma sincérité.

« Attends une minute. Je ne te suis plus hyung … Tu ne me donnes aucune explication, et tu veux que je te rejoigne ? »

J’essayais de calmer mon esprit et de réfléchir en me massant la tempe droite.

« N’est ce pas insensé ? »

Avais-je finis par lui demandé. Il fallait que je relance et le pousse afin qu’il puisse me donner des explications. Il ne pouvait pas me demander ça, il connaissait parfaitement mon mépris envers les Sungs, et maintenant encore plus lorsque je lui avais avoué que je les combattais pour lui, pour le venger. Alors après tout ça, comment pouvait-il penser que je puisse le rejoindre parmi eux ? Qu’est ce que hyung me cachait, qu’est ce qu’il ne m’a jamais avoué ? Il fallait que je le découvre vite, et le persuade de se défaire de leur lien avant qu’il ne soit trop tard. Je ne pouvais l’abandonner même s’il m’avait trahit, même si j’en souffrais, il m’était impensable de le laissé se lier à des Sungs qui lui ont certainement fait un bourrage de crâne.


© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mer 3 Juin - 21:08
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME




Se Hun me rejoindre chez les Sungs, ce serait...ce serait juste parfait. Ma famille serait complètement recomposée. Lui, Se Hun, Yoo Min, et tous les autres. Ma nouvelle famille. A ce moment-là, je ne pensais pas du tout aux conséquences que ça entraîneraient. Il me manque, c'est indéniable. Bien sûr, il me comblait, et j'ai pu recréer un nouveau cercle d'amis, mais personne n'a pu prendre la place de mon unique petit frère dans mon coeur...ça m'attristait vraiment de ne plus pouvoir le voir, en plus de l'avoir abandonné. Même en ne voulant pas y penser, cela fait deux ans que je ne suis pas en paix avec ma conscience. J'étais parfaitement conscient que je le laisserais seul, mais...comment dire...je ne pouvais lui refuser quoi que ce soit. Et même encore aujourd'hui, ne pas lui obéir m'est impensable. Lorsqu'il m'a exposé son plan afin que je lui prouve ma volonté de leur appartenir, tout me semblait tellement parfait, logique, et paradoxalement simple...à aucun moments je n'ai réalisé les conséquences affective et matérielle que je connais aujourd'hui. Je ne me suis jamais posé de questions, j'ai toujours foncé droit vers où il m'emmenait. Jusqu'à maintenant, je n'ai pas de mots pour décrire tout ce qu'il m'a apporté. Certes, je ne vis plus dans la prospérité, mais je mène une vie qui me satisfait bien plus qu'auparavant. Seulement, il me reste la pièce manquante pour que mon bonheur soit complet.

Je ne pouvais pas lui dire tout de suite pour les Sungs, mais ça allait arriver. Pour le moment, j'avais besoin de le reconquérir auprès de moi. A lui aussi je devais beaucoup lui avoir manqué, ce qui me laissait espérer. J'ai vraiment envie qu'il me rejoigne, et je connais très bien Se Hun, c'est quelqu'un d'intelligent. Quand je lui apprendrai tout ce qu'il m'a appris sur les Loups, il comprendra, j'en suis persuadé. Il laissera tomber les œillères pour marcher avec nous. Et puis, je ne vous cache pas que j'éprouvais une envie folle de me rattraper avec lui...rattraper nos deux ans sans contacts. Mais pour le moment, je comprenais sa stupéfaction. Ce que je lui disais n'avait aucun sens pour lui. Patience, patience. C'est pourquoi je restai de marbre à ses mouvements crispés, gardant le même regard sur lui Je lui répondis sur le même ton calme dans un battement de cil.

« Je sais que c'est insensé. C'est normal. Mais je ne peux pas t'en dire plus pour le moment. »

Oui, je me suis déjà compromis rien qu'en réapparaissant devant lui ce soir. Ma raison me dictait qu'il ne fallait pas plus s'éterniser. Mon dongsaeng risque de me retenir encore et encore à ce rythme. Je tiens vraiment à ce qu'on ne se quitte pas sur une fausse note. Je fis un pas vers lui, et posai à nouveau ma main sur son épaule, réellement chaleureux. Je repris en fronçant un peu les sourcils d’inquiétude.

« Tu n'as pas l'air bien, laisse-moi te raccompagner chez toi. Je peux te laisser mon nouveau numéro. Je te laisse le temps de réfléchir à tout ça, tu en as beaucoup vu ce soir. Mais surtout, promets-moi de n'en parler à personne. »

Je me remis à le fixer avec sérieux, mais pas autant que précédemment. On ne pouvait pas continuer à parler s'il n'était pas bien. Bon, il n'était pas à l'article de la mort, mais je dois avouer que ça m'arrangeait. Remarcher à ses côtés en silence nous permettrait peut-être renouer tout doucement. Mais j'avais besoin de rajouter autre chose. Ma main lâche son épaule en douceur pour retrouver dans ma poche, celle où il y a mon paquet et mon briquet. Dire qu'avant les Sungs, je n'avais jamais fumé de ma vie...encore un autre détail qui surprendrait mon dongsaeng, surtout que j'en fume plus que deux ou trois.

« Je sais que c'est lâche, mais pour le moment je dois rester disparu pour Overdose. On me protégerait au cas où, mais faut que j'évite. Rentre, il y a meilleur endroit pour discuter de ça... »

Ça c'est sûr...en espérant que mon petit Se Hun ait envie de rentrer chez lui. Je n'arrête pas de lui dire qu'il faut rentrer, mais je peux m'en prendre à moi-même : je suis trop bavard. Je ne sais pas si c'est le fait de ne pas lui avoir parlé pendant deux ans, mais en le voyant si perdu, je ne pouvais pas m'empêcher de jouer les pipelettes et de rajouter pleins d'informations inutiles...inutiles oui, car tout pourrait se résumer à un « Non » bien catégorique. Seulement, c'est Se Hun...je l'aime et je n'arrive plus à passer outre ses états d'âme. Si je lui parlais, c'est que j'avais besoin de le rassurer, mais en atténuant ses doutes comme je le pouvais...



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Ven 5 Juin - 2:57



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Il en était conscient, et malgré cela il persistait à ne rien vouloir me dire, pour le moment. Ce « pour le moment » m’intriguai énormément, je ne comprenais pas où il voulait en venir, et s’il attendait que quelque chose de particulier se passe pour pouvoir me le dire. Avait-ce un rapport avec les Sungs ? Cela était fort probable, j’en mettrai même ma main à couper. Il n’y avait aucun doute, et la réelle question qu’il fallait se poser était plutôt, qu’est ce que hyung et les Sungs mijotaient ? Je fermais les yeux un instant, réfléchissant à leur collaboration des plus étranges, je continuais de me perdre dans mes pensées les plus profondes, ne me focalisant sur rien d’autre que hyung. Quand a-t-il réellement sombré dans les ténèbres ? Quand a-t-il décidé de vendre son âme aux Sungs ? À ces êtres effroyables sans cœur et buveur de sang humain. Il le savait, il savait parfaitement depuis le début que je les haïssais jusqu’à la moelle, je lui avais partagé tous mes secrets, les plus intimes comme les moins, j’avais forgé cette confiance en lui. Il était mon épaule, comme un frère, un confident, presque même une âme sœur, il en était conscient, et pourtant cela ne l’avait pas empêché de me trahir en rejoignant le camp ennemi. Comment pouvais-je à présent faire semblant en fermant les yeux ? Comme il me le demander si aisément. N’avait-il pas honte ? Ne ressentait-il aucune trace de culpabilité en lui ? Ne se demandait-il pas comment je me sentais après avoir apprit qu’il n’avait jamais été mort, et vivait parmi les Sungs ? J’avais honte pour lui, et cette horrible douleur au cœur continuait de prendre de l’ampleur. Chacun de ses mots me faisaient souffrir, et le voir essayer m’amadouer après cette révélation me fendait encore plus le cœur. J’avais envie de hurler toute ma colère, m’enfuir au loin et faire ressortir tout cette rancune que j’éprouvais pour lui.

Cela fut de trop lorsque je le sentis se rapprocher de moi avec autant d’aisance et osé me dire que je n’avais pas l’air d’être dans mon assiette. Mes yeux s’étaient automatiquement ouverts et arrondis de stupéfaction, sérieusement, il se foutait de moi là, non ? Si les liens de notre passé ne me tenaient pas autant à cœur, j’aurai depuis déjà longtemps envoyé mon poing à sa figure. Pour lui cela semblait normal qu’il nous ait quitté si soudainement afin de seulement nous trahir en créant un subterfuge, comment si cela était juste normal. Je ne le reconnaissais plus, il n’était plus ce hyung que j’avais connu, rencontré, adoré, aimé, admiré. Il n’était plus ce mec cool. Il est devenu froid, inaccessible, incompris, égoïste, lâche, et la liste était longue que je n’eus pas le courage de tous les citer dans ma tête. Je ne le regardais plus, mon regard évitait de croiser le sien, de peur d’en faire couler d’affreuses larmes sur mes joues. Je ne pouvais plus lui faire face, et n’avais plus le courage de prononcer ne serait-ce qu’un seul mot. Je ne répondis rien, gardant simplement la tête baissé à fixer ses pieds immobiles. Mes yeux se fermèrent une fois de plus automatiquement lorsqu’il me supplia de ne rien répéter à personne. Étais-je sensé comprendre qu’il m’accorder toute sa confiance, comme auparavant ? Ne s’était-il pas demandé une seule fois que je pouvais moi aussi le trahir en allant tout raconté à l’ancien et probablement à Cheol Hyun aussi ? Trahir quelqu’un, en étais-je capable ? Il savait pertinemment que je ne le ferai pas, même si j’en brûlais d’envie, il savait que j’étais quelqu’un de loyal, et que notre passé me bloquait. J’étais misérable à voir, tellement faible, totalement désemparé, à sa merci. Je me haïssais en ce moment, et voulu simplement rentrer chez moi, ignoré sa venue, me faufiler dans les draps et ne plus y penser. Si seulement cela m’était possible. En vérité je savais que je cauchemarderai toute la nuit et ne parviendrai pas à trouver le sommeil.

Voyant que je ne lui adressais aucune réponse, Hyun Bin détacha sa main de mon épaule et vint la placer à l’intérieur de sa poche dans laquelle il en ressortit un paquet de cigarette ainsi qu’un briquet, dont il en tira une. Encore une fois je fus surpris, mes yeux ne purent s’empêcher de se déporter sur cette cigarette qu’il portait à sa bouche afin d’en aspirer le poison et recracher le reste. Il avait certainement du prendre l’habitude en les côtoyant. C’était absurde. Il n’y avait plus aucune trace de mon ancien ami, il était devenu une toute autre personne, totalement métamorphosé en un parfait inconnu. Je ne bronchais à aucun de ses appels, et le laissait simplement me guider vers la sortie, en direction de la lumière. Cette fois, sous l’éclairage, je pus apercevoir avec distinction son visage. Je n’en ratais pas une miette, je dessinais le contour, chaque trait de son visage de mes yeux. Il me fallait l’apercevoir au moins une dernière fois. En bon terme, si je puis dire. Bien que sa personnalité soit changée, son physique resté le même. En deux ans il n’avait pas changé.

Nous commençons à avancer, silencieusement alors qu’il persistait à me faire croire qu’il œuvrait pour le bien, qu’il n’était pas en tors, et qu’il me dévoilerait tout plus tard. Pourquoi cherchait-il autant à se justifier, à me faire gober des âneries qui rentraient par une oreille et en sortaient de l’autre immédiatement. Je ne comprenais pas non plus pourquoi il tenait à me raccompagner alors qu’on ne devait pas nous voir ensemble, bien trop risqué pour nos deux misérables vies. Je ne comprenais plus, il n’y avait pas de sens. Je ne pouvais continuer à être Se Hun l’idiot, plus maintenant.

Alors que nous continuons sur ce chemin que je ne reconnaissais plus, je finis par m’arrêter, restant immobile un court instant sur place, avec le regard perdu dans le vide. J’affichais une expression stoïque sur mon visage pâle. Mes poings se serraient sous mes manches, me faisant ressentir une légère douleur au creux de mes paumes qui devaient être bien rouges à présent. Je lâchais un faible soupir mais qui avait certainement du parvenir jusqu’à ses oreilles de loup.

« Je peux rentrer seul. Je n’ai pas besoin de toi. »

Avais-je lâché tout en ayant plongé mon regard dans le fond de ses prunelles. Ma voix avait été rude et complètement vide de sentiment, il n’y avait rien d’autre à part que le néant. Je lui en voulais, terriblement, il ne pouvait pas s’imaginer combien je regrettais de l’avoir rencontrer ce soir. Ce fut une erreur. Vraiment.


© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Sam 6 Juin - 15:33
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME




Silence. Se Hun ne me répondait que par le silence. Comme si la situation n'était pas assez embarrassante...un petit mot ne lui brulerait pas les lèvres. Je ne savais pas quoi en penser de ses silences. Je voyais bien que mes réponses le plongeaient dans de profondes réflexions, mais je ne savais pas si c'était une bonne chose. Est-il en train de prendre conscience de la bonne foi de mon engagement ? Ou au contraire, serait-il tellement choqué qu'il en perd ses mots... ? Dans tous les cas, ses silences ne me rassuraient pas. J'ai beau le regarder, c'est bien la première fois que je n'arrive pas à lire sur son visage. L'anxiété devait y jouer aussi. Mais peut-être avait-il changé au bout de deux ans ? C'était probable, mais c'était trop difficile à admettre. Physiquement, un rapide coup d’œil me confirmait qu'il était resté le même. De nous deux, je restais le plus grand et le plus robuste. Dans ma tête, il restait le petit Se Hun que j'ai toujours protégé et qui reste à protéger. Je doute vraiment qu'il soit devenu beaucoup plus fort en seulement deux ans. Sa haine envers les Sungs, je veux bien la croire, mais pas le reste.

On s'était donc mis en route, marchant d'un pas tranquille. Finalement, ma main avait saisie toute seule mon paquet de cigarettes et en avait porté une à ma bouche. C'était plus fort que moi, j'en avais besoin pour me tranquiliser. A la première bouffée, je me sentais déjà mieux, regardant vaguement au loin. Je sais, ce n'est que psychologique tout ça, mais il n'y a que le tabac qui a cet effet-là sur moi. Au bout du compte, il n'y a pas un jour sans que je puisse m'en passer. Mais comment j'ai fait tout ce temps-là sans connaître le goût du tabac ? Il y a deux ans en arrière, comment je faisais déjà pour me calmer sans ça ? Je ne m'en souviens plus, je ne me souviens même plus depuis quand j'ai commencé et la raison. Je sais que j'ai commencé avec lui, parce que lui aussi fume, tout comme nos amis en commun. Qu'importe.

Tiens, Se Hun vient de s'arrêter. J'évitais de le regarder ou de prononcer quoi que ce soit pour le laisser décanter tout ce que je lui ai dit. Naturellement, je me suis tourné vers lui avec une petite expression de surprise. Peut-être tout ce que je lui avais dit avait fait germer quelque chose en lui, et il s'était arrêté pour me le dire, me confier qu'il voudrait me rej...non pas du tout. Encore une fois, je me suis trop fait d'espoir, et je viens de recevoir une belle claque. Mon visage s'est décomposé à ses mots. Il n'a...plus besoin de moi ? Non attends, ressaisis-toi, il n'a juste plus besoin de toi pour marcher, seulement pour marcher. Mais dans le contexte où nous sommes, ses mots et son regard m'ont assassiné le cœur. Je n'ai pas répondu tout de suite, mettant un petit temps avant de calmer mes esprits. Je parvins à lui articuler difficilement à voix basse.

« D'accord...prends bien soin de toi. »

Ça m'était difficile à concevoir de le laisser en pleine rue comme ça, mais je ne pouvais pas le retenir. Ça permettait de se quitter en bon terme, mais intérieurement j'avais du mal à me séparer de lui. Je sais que je ne pouvais pas l'inviter quelque part pour le moment, ce serait incongru et complètement absurde, mais ça m'avait tellement manqué de lui parler... Là encore, je ressentis le besoin de rajouter. Je ne pouvais le laisser repartir comme ça.

« Si tu as besoin de me revoir, tu peux toujours m'appeler. Enfin, si tu veux bien sûr mon numéro... »

Je baissai le regard vers le sol, me sentant honteux. De manière plus explicite, je veux garder contact avec lui, mais je n'osais le lui demander directement. Et puis je ressentais tout le poids de sa colère et de sa déception...c'était dur à soutenir, surtout dans ma position. Voilà que la culpabilité est en train de me sauter à la gorge : j'ai envie de tout lui dire. Cherchant un secours vain dans le sol, je n'ai pu m'empêcher de reprendre la parole. Je sentais que si je ne le faisais pas, jamais il n’accepterait de me revoir...

« Je sais que tu ne les portes pas dans ton cœur, mais on peut faire abstraction du conflit. Je m'en fiche que tu sois un Mun ou pas, ça n'a pas changé...je t'aime toujours comme tu es. »

Je restais sincère dans mes réponses, fixant le sol. Je n'avais pas fait attention, mais mais voix était devenue légèrement tremblante sur la fin. J'avais conscience que c'était risqué, mais Se Hun me tient vraiment à cœur...présentement, j'avais tellement peur qu'il ne veuille plus de moi. Depuis tout temps, il reste mon cher petit frère, et c'est la seule chose que je veuille préserver de mon passé...la seule. Dans une inspiration, je lui rajoute avec un peu plus de courage, regardant le sol avec espoir et douleur.

« Je te promets que je te dirai tout. »

Je voulais dire autre chose, mais j'en avais plus la force. Je portai de nouveau ma cigarette à la bouche. Je ne savais plus quoi lui dire...pitié, crois-moi Se Hun. Je sais que tout ce que j'ai fait est incompréhensible et lâche, mais tout a un sens. Je suis prêt à tout t'expliquer, et à partager tout ce que je sais avec toi Se Hun, comme avant...mais avec une culture Sung en plus.



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Dim 7 Juin - 23:53



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Même si mes paroles avaient été rudes et vide de sentiments, au plus profond de moi j’en souffrais atrocement. J’avais mal, et je me détestais pour lui avoir balancé ces mots à la figure. Lorsque j’entendis sa voix se brisait alors qu’il approuvait mon désaccord de le voir me raccompagner, suivi de ces 5 derniers mots, je crus que mon cœur allait éclater en mille morceaux. Non d’un chien, pourquoi a-t-il fallut que mon hyung me trahisse, pourquoi a-t-il fallut qu’il nous quitte et rejoigne l’ennemi ? Quelle était cette raison qui l’avait convaincu de se ranger de leur côté ? Pourquoi ne voulait-il pas me la dire tout de suite, maintenant ? Pourquoi, pourquoi ? Hyung. Intérieurement je hurlais de toutes mes forces, et j’avais même envie d’éclater en sanglot. Savait-il au moins combien j’avais pleuré sa mort, m’étais haïs au point de vouloir me ôter la vie parce que j’avais été incapable de gérer ce combat, ni même avoir pu le protéger. J’étais seulement spectateur de sa propre mort, je m’en suis toujours voulu, le savait-il ça ? N’avait-il eu aucun remord, ni même l’ombre d’un doute de ce que je ressentais et vivais sans lui ?

Je l’avais simplement écouté s’exprimer sans l’interrompre, ni même lui répondre, et encore moins osé le regarder droit dans les yeux. Je ne pouvais pas, même si j’en mourrais d’envie. Il était mon hyung, et le restait encore, malgré son dévolu pour les Sungs. Je l’aimais toujours, et je voulais qu’il me le dise, l’entendre dire de sa bouche, pour me faire revenir sur mes pas, m’avouais vaincu, livré totalement à sa merci. Alors que pensais avec force, je l’entendis les dire.

« Je sais que tu ne les portes pas dans ton cœur, mais on peut faire abstraction du conflit. Je m'en fiche que tu sois un Mun ou pas, ça n'a pas changé...je t'aime toujours comme tu es. »

Mes yeux s’écarquillèrent, mon cœur battait à tout rompre, je n’en revenais toujours pas de ce qu’il venait de me dire. J’avais envie de me pincer le bras afin de vérifier que je ne rêvais pas. Sa voix même en tremblait, et je devinais donc qu’il était sincère dans ses mots. Il venait même à l’instant de me faire la promesse de tout me dévoiler plus tard. J’avais envie de le croire, mais il m’était difficile d’accepter sa promesse. Il m’avait déjà trahit une fois, alors pourquoi pas une deuxième fois ? Et puis quand me le dira t-il ? Dans trois mois ? Un an ? Voire même plus ? Je ne voulais pas de cette promesse. Je désirais simplement qu’il revienne en tant que loup, en tant que le hyung que j’ai connu, celui que j’ai aimé comme un ami, comme un frère. Il était une partie de moi, de mon existence et jamais je n’aurai pensé un jour que nos chemins dévieront chacun d’un côté. Non jamais.

Alors que j’étais en train de quitter le lieu, l’abandonnant de mon propre chef, je m’arrêtais net. Je serrais avec force mes poings, ressentant une légère douleur sur les paumes de mes mains, des traces rouges devaient certainement y être déjà apparues. J’enfonçais très fortement les ongles dans ma peau. En vérité je ne voulais pas m’en aller. Je voulais encore rester à ses côtés, lui sourire de nouveau comme je l’avais toujours fait, lui parler de mes soucis, ressasser nos souvenirs, lui avouer combien il m’avait tant manqué. J’étais prêt à me mettre à nu.

Instinctivement, mes pieds firent demi tour, revenant sur mes pas, je me tournais face à lui alors qu’il fumait son mégot. Je lui jette un regard, et seulement après ça, mon corps s’avança en sa direction, me rapprochant de lui je lui dis.

« Pourquoi m’as-tu fait ça ? Hyung ? N’as-tu pas pensé à mes sentiments ? Est-ce que je n’ai jamais rien représenté pour toi ? »

Je marque un temps d’arrêt avant de me voir éclater en sanglot. Il fallait que je me calme, il n’était pas question que mon hyung me voit dans ce piteux état, qu’il me voit pleurer, même si ma voix déjà, trahissait mes sentiments cachés.

« Pour moi tu étais la seule et unique personne qui me donnait une raison de me battre, de ne jamais abandonné. Tu étais l’une de mes raisons de vivre. Je t’ai toujours admiré, aimé. Mais … »

Ma voix se brisa, je ne pus achever ma phrase, car j’étais conscient de ce que j’allais lui dire, et au fond je ne voulais pas qu’il l’entende, ni même m’entendre d’ailleurs. C’était horrible, et il aurait ensuite toutes les raisons de me détester. Je n’avais pas eu le courage. J’étais faible, et je l’avais toujours été. En réalité je n’avais pas changé. Je baissais la tête en direction de mes pieds, totalement incapable de lui dire la fin. Je serrais avec encore plus de force mes poings que la douleur se fit plus insupportable. Les larmes restaient coincées à l’intérieur de mes prunelles. Je ne devais pas me mettre à pleurer. Non pas là. Pas devant mon hyung.


© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Mar 9 Juin - 23:54
Des retrouvailles fortuites.

MUN SE HUN & ME




Il ne me dit plus rien. Rien. Son silence est assez évocateur. Adieu mon petit moulin à paroles. Il ne me dira plus jamais rien. Je me commençais à me résigner lorsque je le vis me tourner les talons, comme ça, sans un regard. D'un coup, j'eus envie de pleurer. J'étais persuadé que je l'avais perdu...cette douleur, lente à venir mais horriblement lourde, me fit m'adosser contre le mur. Pour je ne sais quelle raison, mon cœur se mit à battre plus vite. J'avais subitement chaud, horriblement chaud. J'en passai la main dans mes cheveux, la clope toujours en main de l'autre. Me voir rejeté par celui qui a toujours été mon petit frère...je ne voulais pas le croire, mais j'en avais eu la preuve flagrante devant mes yeux...j'en étais malade. J'entendais encore ses pas, mais une fois qu'ils disparaître, je sens que je vais rester ici toute la nuit à le pleurer...rien que d'y penser, j'en avais le cafard. Se Hun, tu ne peux pas me faire ça, pas toi... Et pour retenir le plus longtemps mon crackage, je m'étais remis à tirer des bouffées et à les expirer très lentement, comme l'on fait pour déstresser la veille d'un examen. Je suis ridicule. Mais le faire avec seulement de l'oxygène ne marche plus sur moi depuis longtemps. Il n'y a plus que la nicotine qui m'apaise. Dans les deux cas c'est complètement idiot ; ce n'est que reculer pour mieux sauter.

Bref, je m'attendais au pire. Je fus surpris d'entendre ses pas revenir vers moi. Je tournai la tête, et mes sens ne m'avaient pas fait faux bond. J'étais surpris, mais mon visage reflétait mon sentiment le plus dominant : l'incompréhension. Qu'est-ce qu'il fait ? Il ne rentre plus ? Je le suivis du regard avec une certaine douleur, ne pipant mot. Ses mots me blessèrent. Mes sourcils se sont arqués. Ce n'était pas son attention, mais au plus profond de moi, je me savais en tort et je m'en voulais...je m'en veux, je m'en veux depuis le 26 décembre, depuis que l'adrénaline ait redescendue. J'avais envie de le prendre par épaules et de le secouer pour l'arrêter de dire toutes ces choses fausses. Se Hun, bien sûr que tu as toujours énormément compté pour moi  ! J'ai pensé à toi, à tes sentiments, mais pas sur le moment...ne t'inquiète pas, j'ai eu le temps d'en éprouver des remords. Le voir sangloter m'attrista encore plus, laissant échapper un « Hunnie... » de commisération. Oh non, ne pleure pas...même si je t'ai vu pleuré des centaines de fois. Qu'il pleure à cause de moi m'est insoutenable...et il est si près de moi...

Je n'aurais pas dû le laisser continuer. Je n'ai pas repris la parole tout de suite, lui laissant une chance de terminer sa phrase. Il me frappait droit dans le cœur. Moi qui l'avait toujours consolé lorsqu'il était dans cet état, c'est dur pour moi de le laisser se démener contre lui-même...certes il me flattait, mais en même temps je réalisais avec tristesse mes conséquences sur lui depuis ces trois dernières années. Depuis que j'ai fait sa rencontre. Je n'ai pas fait que le trahir, je l'ai vraiment oublié depuis que nous avions fait connaissance, oubliant ses appels, même ceux qu'il laissait sur ma messagerie vocale...alors que je ne songeais qu'à batifoler avec lui. Je revoyais tout ces appels manqués, ces SMS que j'oubliais de répondre le lendemain, ma mère qui m'apprend que Se Hun est encore passé pour me voir...tout ces moments ratés où je n'ai pas voulu le voir me revenaient en mémoire. Depuis que je le fréquentais, je réalise que j'ai cessé d'être celui qu'il admirait. J'avais oublié combien mon petit frère attendait de moi, son aîné...résultat, je lui ai fait endurer quelque chose de trop grand pour lui. J'en souffre devant lui. Je m'en veux tellement de l'avoir négligé. Je ne sais pas si c'est ce qu'il voulait me dire par « Mais... », mais je le comprenais ainsi. « Mais tu m'as oublié »...hein, Se Hun ? Et tu as raison de le penser, ce qui c'était vraiment passé...

Il prend trop sur lui. Il ne va pas tenir comme ça. C'en était trop. Il ne m'en a pas fallu plus pour me décoller de mon mur, écrasant mon mégot contre lui et le jeter. Les mains libres, je me rapprochai de lui pour lui prendre ses poings, dénouant ses mains avec douceur. Je le connais que trop bien, je sais qu'il se fait du mal pour garder la face, et que tout allait ressortir. Mais ça ne sert à rien, je sais comment tu pleures Se Hun...je t'ai déjà vu dans tout tes états. Lui renvoyant un regard compatissant, je ne mis pas longtemps avant de le prendre dans mes bras et l'attirer contre ma poitrine. Cela faisait combien de temps que nous n'avions plus été aussi proches l'un de l'autre comme maintenant... ? J'en ferme les yeux, les sentant s'humidifier. Je l'ai vu plusieurs fois pleuré, mais pour moi ça a été très peu le cas...ils sont rares les moments où je me suis sentis aussi faible que maintenant.

J'essaye d'articuler quelque chose, ressentant l'envie de me faire pardonner auprès de lui. Il n'a pas mérité tout ce que j'ai fait...mais rien à faire, ma voix tremble trop sous les larmes.

« Je...je suis désolé, Se Hun...je suis si désolé...pardon...pardon, mon petit frère... »

Je l'avais serré plus fort sans m'en rendre compte. Les sanglots ne me gagnaient pas encore, mais si nous nous éternisons ainsi, je sens que ma culpabilité va lui montrer un tout autre visage...visage qu'il a rarement vu. Ce n'est pas que je n'ai jamais pleuré, mais j'ai plus souvent été heureux que l'inverse, surtout en compagnie de Se Hun. Je ne savais pas quoi faire d'autre que le consoler, j'avais l'impression que tout ce que je dis aggrave mon cas...parce que j'ai fait tout ça en mon âme et conscience.




Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Oh Se Hun (EXO)
Etude, emploi : Business & serveur au Coffee Prince
_EXO-L ARMY_
Mun Se Hun
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Jeu 11 Juin - 18:38



Des retrouvailles fortuites
Kang Hyun Bin

Ce mot résonnait dans mon esprit. Je savais très bien ce qu’il m’apprêtait à dire, et j’avais horriblement mal d’avance. Si seulement il était revenu en tant que loup et non en tant que Sung, peut être que la douleur aurait été plus supportable et facile à faire disparaître. Il était mon hyung, et pourtant je n’arrivais pas à accepter qu’il fasse partit des leurs. Il avait choisit son camp, préférant me délaisser pour eux. Je n’avais le choix que de me résoudre et accepter la voie qu’il avait choisi d’emprunter. Mais, il devait désormais savoir qu’à présent nous étions ennemis, bien que nos souvenirs semblent à chacun rester encrer en nous, je ne devais pas y faire attention et me détourner de mes croyances. Le désir de vengeance avait à présent disparut, je ne voyais plus d’intérêt et de logique à chercher le venger. C’était une trahison. Des frissons parcourent mon corps entier, redressant les poils de mes bras, je n’arrivais pas à accepter la réalité. C’était beaucoup trop dur. Il ne me donnait non plus aucune raison de ne pas le détester, alors à quoi bon ?

Je voulais reculer, fuir en courant, oublier qu’il existait, que je l’avais tout simplement revu. Je fis alors un pas en arrière, prêt à m’en aller, mais je n’eus pas le temps qu’il m’avait déjà attrapé par le bras et me serrer contre son torse, sa chaleur. J’aurai pu très bien me défaire de son étreinte, mais je n’en avais pas le courage. L’avoir si près de moi, me faisait tout simplement sentir qu’il était encore là, qu’il restait encore un peu de ce hyung que j’avais autrefois connu. J’étais faible et je l’haïssais, cette faiblesse. Ses bras autour de moi m’obligèrent à abandonner, je n’arrivais plus à l’en vouloir, et ce sentiment se fit encore plus ressentir lorsque je sens alors une goutte d’eau s’écraser sur ma joue. Pleurait-il ?

Je l’entends alors prononcer des mots, sa voix tremblait, il hésitait. Je compris tout de suite qu’il avait craqué. Ce mot encore résonnait dans mon esprit. Et il le répétait, encore et encore, sans jamais ne vouloir s’arrêter. Sa voix avait craqué tout en même temps qu’il sanglotait.  Je savais qu’il était sincère, je ne pouvais douter un seul instant qu’il me mente. Sa voix, son regard, ses gestes, sa chaleur, tout me le confirmait. Je me mordais la lèvre inférieure avec force, je résistais, j’essayais de ne pas, à mon tour fondre en larmes. Je me forçais à croire que je devais être plus fort que lui, et certainement beaucoup moins humain, dans ce cas.

Hyun Bin connaissait tout de moi, aussi bien mes forces que mes faiblesses. Il pouvait facilement jouer avec s’il le voulait. Me menacer, rabaisser, il le pouvait. Et pourtant, la seule chose qu’il avait faite était de s’excuser. Maintenant j’avais encore plus mal. Je sentais qu’il resserrait son étreinte contre la mienne, que ses doigts agrippaient avec force mon haut. Je pouvais même ressentir ses doigts tremblé sur moi, ce qui suffit de nouveau pour que mon corps se couvre de frissons à nouveau. Automatiquement je me blottis contre lui, ma tête s’était reposée contre son cou, et mes mains avaient fini par glisser le long de ses bras avant d’atteindre et agripper entre mes doigts l’épais tissu qui recouvrait ses épaules. Si je voulais le quitter ce n’était pas la meilleure des choses à faire. Mais mon corps ne m’écoutait plus. Il avait décidé de suivre mon cœur.

« Je ne peux pas hyung … »

Avais-je dis d’une toute petite voix. Il fallait que je me ressaisisse. Si je continuais ainsi, mon cœur prendra  

« Désormais nous sommes ennemis. »

Ma voix avait été plus rude et froide sur ces derniers mots. J’avais rassemblé tout mon courage afin de le repousser. C’était horrible, et j’en avais conscience, mais je n’avais pas d’autre solution, si je voulais le quitter sans qu’il puisse continuer à s’attacher à nos souvenirs. Sans que je ne puisse craquer à mon tour.

HORS RP:
Spoiler:
 



© O'Daim


너를 위해, 너, 나, 우리. 지켜주고 싶어.(M.feeling)



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Célébrité : Kris Wu [ EXO ]
Etude, emploi : C'est la guerre...
Kang Hyun Bin
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI Jeu 23 Juil - 18:43
Des retrouvailles fortuites

Hyun Bin & Se Hun



J'étais pitoyable. C'était pitoyable comment je me suis fait grillé en seulement quelques minutes ; pitoyable aussi comment je me montrais faible en face de lui. J'ai embrassé les valeurs des Sungs depuis un certain temps, mais je suis déçu de moi-même, de voir que je ne peux m'empêcher de me raccrocher à mon passé de loup...un passé qui me fait tellement honte depuis ces deux dernières années. Le voir a fait tout ressurgir en moi, tout ce que j'avais laissé de côté, toute cette familiarité que je m'étais interdis de ressentir pour un congénère...à lui seul il avait fait fondre tout ça. Et maintenant que je l'ai dans mes bras -plus vite que je ne l'ai pensé- je n'arrive plus à me détacher de lui...j'aimerais tellement retrouver notre complicité d'avant, mais au sein des Sungs, l'avoir toujours à mes côtés sous le regard bienveillant des sorciers et qu'ils soient fiers de nous voir combattre ensemble. Maintenant que j'avais une nouvelle famille, il ne me manquait plus que lui...mais ses mots me ramènent sur terre, et ils me rappellent qu'il n'est pas encore prêt. Il tient toujours à moi, c'est sûr, mais il faudra que je me montre patient avec lui. C'est vrai, il a toujours été conditionné pour détester et haïr, tout comme je l'ai été. Malheureusement, je ne suis pas Hak Yeol, il va lui falloir plus qu'un électro-choc pour lui faire ouvrir les yeux.

Même en me repoussant en douceur, je ne pus m'empêcher de pousser un soupire exaspéré. Mes yeux avaient séchés, et ils le fixèrent durement avec cette passivité que nous cause un énervement passager. Ses mots m'énervent. Je n'ai pas besoin qu'on me fasse rappeler la réalité, la réalité je la connais, et bien mieux que lui. Je n'eus pas le temps de réfléchir à ce que j'allais lui dire, mes pensées traversèrent ma bouche.

« ▬  Alors on est  "ennemis", c'est ça ? Après tout ce que je viens de te dire ? J'ai failli te tuer ce soir, mais je me suis retenu à temps, et c'est tout ce que tu as à me dire ? »

Non, non, arrête ça Hyun Bin, il va vraiment avoir des raisons de te détester. Lui faire des reproches ne sert à rien. Ça ne sert à rien de lui en vouloir tout court. Mais la raison m'est revenue juste après ces mots, adoucissant considérablement mon regard. Je déglutis, et regarde brièvement le sol. Je suis énervé, attristé, déçu, confus, dépité, et bien d'autres états d'âmes qui se croisent et se mélangent entre elles. Je n'aurais pas dû le revoir, pas ce soir, pas dans ces circonstances-là. Relevant mon regard sur lui, je finis par me rattraper.

« ▬ Laisse. J'oublie que tu es jeune. Je vais m'en aller et laisser rentrer chez toi. Fais ce qui te semble être bon. » lui dis-je avec un peu de résignation, baissant les yeux vers le sol.

Maintenant qu'il m'a revu, je m'en moque qu'il informe tout le monde que Kang Hyun Bin a ressuscité ce soir. Mais qu'il ne compte plus sur moi pour passer le bonjour à ses parents. Je relève une dernière fois sur les yeux sur lui, et je repris.

« ▬ Je voudrais juste te dire une dernière chose : je n'ai jamais oublié tout ce qu'on a fait ensemble. »

Et sur ces derniers mots, je lui tourne les talons, et je commence à rentrer sur mon chemin. Il peut se passer d'un « bonne nuit ». Tant pis pour les formalités, et tant pis pour ma mission de ce soir. Je les ai toutes accomplies jusqu'ici, et j'en accomplirai d'autres. Mais pas celle-là, pas ce soir. Peut-être lui dirais-je que je remettrai ça un autre soir, mais je me trouverai une excuse. Désolé, celle-ci je ne pourrai pas l'accomplir ce soir...le cœur lourd, je me dis que jamais je ne pourrai le faire. Tuer Se Hun, même inconsciemment, je ne m'en pense pas
capable...



FIN



Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI
Revenir en haut Aller en bas

Des retrouvailles fortuites. ▬ FINI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Overdose :: Overdose, beautiful city :: Geoju-gu-